Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président russe, Vladimir Poutine, a reçu au Kremlin le Premier ministre israélien.

KEYSTONE/AP POOL/PAVEL GOLOVKIN

(sda-ats)

Vladimir Poutine a invité jeudi Benjamin Netanyahu à tourner la page quand le Premier ministre israélien a évoqué la volonté ancestrale des Perses de "détruire le peuple juif". Le président russe a estimé qu'il s'agissait là d'histoire ancienne.

Reçu au Kremlin, le Premier ministre israélien a violemment critiqué l'Iran, allié de la Russie au Proche-Orient. "Il y a 2500 ans, il y a eu une tentative en Perse de détruire le peuple juif. Cette tentative a échoué et c'est ce que nous célébrons à travers la fête" de Pourim, a déclaré M. Netanyahu au chef de l'Etat russe.

La fête de Pourim aura lieu dimanche et lundi en Israël. Elle célèbre, selon la tradition juive, la victoire des juifs contre un vizir de l'empire perse, Haman, au Ve siècle avant J-C.

"Voilà qu'aujourd'hui l'Iran, héritier de la Perse, poursuit cette tentative de détruire l'Etat juif. Ils le disent de la façon la plus claire, ils l'écrivent sur leurs missiles balistiques", a-t-il affirmé.

"C'était au Ve siècle avant notre ère"

"Oui, enfin, c'était au Ve siècle avant notre ère", a répondu, ironique, le président russe. "Aujourd'hui, nous vivons dans un monde différent. Alors parlons-en", a-t-il ajouté.

L'Iran est considéré comme l'ennemi numéro Un par l'Etat hébreu. La République islamique, elle, ne reconnaît pas l'existence d'Israël. Elle n'a plus de relations diplomatiques avec les Etats-Unis depuis 1980, après la révolution islamique de 1979 et l'attaque de l'ambassade américaine par des partisans de l'ayatollah Khomeini.

Benjamin Netanyahu dénonce régulièrement le soutien militaire de l'Iran au régime de Bachar al-Assad dans son conflit face à la rébellion syrienne. Dimanche, il avait déclaré qu'il allait tenter de convaincre Vladimir Poutine d'empêcher une présence militaire iranienne permanente en Syrie.

La Russie, l'Iran, alliés fidèles de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles syriens, sont garants du cessez-le-feu entré en vigueur en Syrie fin décembre et parrains des négociations de paix d'Astana visant à trouver une solution à la crise syrienne.

ATS