Toute l'actu en bref

La demande d'IGP porte sur la dénomination "Absinthe du Val-de-Travers" (image symbolique).

KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO

(sda-ats)

L'interprofession de l'absinthe a déposé une nouvelle demande d'enregistrement pour la dénomination "Absinthe du Val-de-Travers IGP" auprès de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG). Elle avait échoué à faire enregistrer le terme "absinthe" en 2014.

Le cahier des charges est strict, a indiqué mardi l'interprofession de l'absinthe. Les plants doivent être cultivés dans le district du Val-de-Travers (NE) et la distillation se faire sur place. L'obtention de l'IGP permettra de garantir un produit authentique de la région.

Les concessionnaires qui ne souhaitent pas se conformer à ces règles peuvent toutefois élaborer une absinthe selon les dispositions fédérales en vigueur, précise l'interprofession. Il en va de même pour les producteurs externes au Val-de-Travers. Les dénominations "Fée verte" et "La Bleue" restent, elles, libres d'utilisation, précise le communiqué.

Histoire mouvementée

L'OFAG avait confirmé en 2012 l'IGP des dénominations "Absinthe", "Fée verte" et "La Bleue". Il avait écarté des dizaines d'oppositions à cet enregistrement, car il estimait que le breuvage était traditionnellement associé au Val-de-Travers et que cette région en avait fait la réputation.

Mais en 2014, le Tribunal administratif fédéral a désavoué l'OFAG. Les juges de Saint-Gall ont admis des recours émanant de Suisse, de France et d'Allemagne. Selon eux, ces dénominations se rapportent à un type de produit, quelle que soit sa provenance, et il n'est pas possible de les réserver à une seule région.

Née au 18e siècle au Val-de-Travers, l'absinthe a été interdite en 1910 suite à un événement tragique. La prohibition n'a été levée qu'en 2005.

sda-ats

 Toute l'actu en bref