Nouvelle prolongation des contrôles aux frontières dans l'UE


 Toute l'actu en bref

La Suède a rétabli les contrôles aux frontières en 2015, année où le pays a accueilli 163'000 demandeurs d'asile (image symbolique).

KEYSTONE/EPA SCANPIX DENMARK/NILS MEILVANG

(sda-ats)

La Commission européenne a donné son feu vert mercredi à une nouvelle prolongation de trois mois des contrôles à certaines frontières intérieures de l'espace Schengen. Ces contrôles avaient été réintroduits en 2015 par cinq pays confrontés à un fort afflux migratoire.

Les Etats membres doivent encore formellement adopter la "recommandation" de l'exécutif européen pour qu'elle se concrétise. L'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège disposeront alors d'une nouvelle dérogation aux règles de la libre-circulation, jusqu'à la mi-mai.

En mai 2016, l'exécutif européen avait accepté pour la première fois une prolongation exceptionnelle - au-delà de la durée autorisée en temps normal par le code Schengen - des contrôles rétablis en 2015 à certaines frontières de ces cinq pays membres de l'espace Schengen.

Progrès "notables" accomplis

La Commission avait toutefois prévenu qu'il s'agissait d'une situation exceptionnelle et avait fixé pour objectif un retour à la normale, sans contrôles aux frontières intérieures, d'ici à décembre 2016. Elle avait ensuite repoussé cet horizon en acceptant une prolongation de trois mois fin octobre, avant la nouvelle dérogation accordée mercredi.

"Des progrès notables ont été accomplis en vue d'une levée des contrôles aux frontières intérieures mais nous devons les consolider davantage", a déclaré mercredi le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, pour justifier cette prolongation.

Malgré les mesures prises par l'UE pour faire face à la pression migratoire, "nous sommes malheureusement encore loin du but", a reconnu le commissaire en charge des migrations, Dimitris Avramopoulos.

ATS

 Toute l'actu en bref