Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon un document de la municipalité de Pékin, la qualité de l'air de la ville s'est améliorée de 9,9% l'an dernier (archives).

KEYSTONE/EPA/WU HONG

(sda-ats)

La ville de Pékin s'est fixé un objectif pour 2017 en matière de lutte contre la pollution atmosphérique. Le but est de contenir la moyenne annuelle de particules fines à 60 microgrammes par mètre cube.

"Nous allons nous efforcer de tenir l'objectif d'une moyenne annuelle d'environ 60 microgrammes de particules fines par mètre cube", a déclaré samedi le maire de la capitale chinoise, Cai Qi.

Cela représente encore plus du double du seuil tolérable annuel de 20 à 25 microgrammes par mètre cube recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon un document de la municipalité de Pékin, la qualité de l'air de la ville s'est améliorée de 9,9% l'an dernier et le niveau moyen annuel de particules fines dans l'atmosphère a sans doute été de 73 microgrammes, soit mieux que l'objectif qui était fixé pour 2016, à savoir 76,6 microgrammes.

Le smog a cependant envahi Pékin mais aussi une grande part du nord et du centre de la Chine en décembre, perturbant le trafic aérien, les opérations portuaires, la circulation automobile ou encore le fonctionnement des écoles.

ATS