Toute l'actu en bref

Fabian Cancellara veut faire un pas supplémentaire dans la légende du cyclisme, ce dimanche après-midi à Paris-Roubaix.

Mais quel que soit son résultat, le Bernois n'a pas de soucis à se faire: il a déjà marqué l'histoire de son sport, et pour longtemps.

Davantage que son magnifique palmarès en contre-la-montre (4 titres mondiaux, 1 sacre olympique) ou encore au Tour de France (29 jours avec le maillot jaune), c'est dans les grandes classiques que Cancellara s'est montré le plus bluffant au cours de sa carrière. Ces cinq "monuments" du cyclisme dans lesquels il affiche une incroyable régularité avec 16 podiums, soit le troisième total de l'histoire derrière les légendes belges Eddy Merckx (29) et Roger De Vlaeminck (21).

Et encore, Cancellara ne s'est aventuré "que" sur les trois premiers monuments de la saison - Milan-San Remo (5 podiums/1 victoire), le Tour des Flandres (5/3) et Paris-Roubaix (6/3) -, sachant pertinemment qu'il n'avait pas les aptitudes pour s'illustrer sur les deux autres (Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie).

En terme de victoires, "Spartacus" occupe le 7e rang dans la liste des vainqueurs de monuments. Mais dans l'histoire moderne du cyclisme, soit depuis les années 80, seuls l'Irlandais Sean Kelly (9 succès) et le Belge Tom Boonen (7) ont acquis le même statut que lui.

On rappellera finalement que Cancellara co-détient le record du nombre de victoires au Tour des Flandres (3), ex aequo avec cinq autres coureurs. Sur Paris-Roubaix, où il s'est aussi imposé trois fois, il ne lui manque qu'un succès dimanche pour égaler le record de Tom Boonen et Roger De Vlaeminck.

Les résultats de Fabian Cancellara dans les "monuments" du cyclisme depuis 2006:

sda-ats

 Toute l'actu en bref