Toute l'actu en bref

Roger Federer a laissé filer une nouvelle opportunité de conquérir un 18e titre du Grand Chelem. Il s'est incliné 6-4 6-7 (3/7) 4-6 7-5 6-3 face à Milos Raonic (no 6) en demi-finale à Wimbledon.

"C'est un match que je veux oublier au plus vite. Ca fait mal", a lâché le Bâlois de 34 ans, pour qui la déception est évidemment immense. Battu par Novak Djokovic dans ses trois précédentes finales majeures (Wimbledon 2014 et 2015, US Open 2015), il était enfin "débarrassé" du no 1 mondial. Il avait remporté ses dix premières demi-finales jouées à Wimbledon, et menait 9-2 dans son face-à-face avec Milos Raonic. Et il avait gagné les 17 derniers matches dans lesquels il avait mené deux sets à un...

"Pas si mal"

"C'est mon rêve de gagner un 8e titre ici. Mais ce n'est pas seulement pour cela que je joue au tennis", a souligné Roger Federer, rappelant qu'il n'avait pas abordé ce tournoi dans les meilleures dispositions. "Je n'avais pas de réelle ambition en arrivant ici. Je suis allé loin dans ce tournoi. Ce n'est déjà pas si mal", a poursuivi le Bâlois, qui aurait signé pour une place en quart de finale il y a deux semaines.

Cet échec prouve une fois de plus que le chemin menant à un premier sacre majeur depuis Wimbledon 2012 est de plus en plus ardu pour Roger Federer. Il n'a pas été capable d'enchaîner un deuxième match consécutif en cinq sets, comme lors de l'Open d'Australie 2013 d'ailleurs (victoire face à Jo-Wilfried Tsonga en quart, défaite face à Andy Murray en demies). Il aurait dû conclure en quatre manches vendredi face à Milos Raonic. Il en avait les moyens.

Roger Federer a en effet eu sa chance dans cette quatrième manche, alors qu'il menait deux sets à un et avait l'ascendant sur un joueur qui ne tenait le choc que grâce à son immense service. Mais il n'est parvenu à convertir aucune des trois balles de break qu'il s'est procurées dans cette manche (deux à 2-2, une à 4-4). Et il a craqué à 5-6 sur son engagement, alors qu'il avait remporté sans difficulté ses 18 précédents jeux de service.

Deux double autes "inexplicables"

Milos Raonic (25 ans) a, il est vrai, témoigné d'une grande solidité dans ces moments si importants. Auteur de 75 coups gagnants (dont 23 aces), le bombardier canadien a armé un service gagnant imparable sur la première et la troisième balle de break dont Roger Federer a bénéficié dans le quatrième set, réussissant un superbe contre de coup droit sur la deuxième alors que son adversaire avait réalisé un excellent retour de service.

A l'inverse, Roger Federer a donc craqué dans le "money time" de ce quatrième set. Dos au mur à 5-6, il a pourtant mené 40/0 dans ce jeu, et un tie-break paraissait inévitable. Mais il a commis deux double fautes consécutives pour laisser son adversaire revenir à égalité. "Ces deux double fautes sont inexplicables", a-t-il lâché. Le Bâlois est parvenu à écarter une première balle de set. Mais il a choisi le mauvais côté pour son attaque de coup droit sur la seconde, Milos Raonic saisissant sa chance en lâchant un imparable passing de revers.

Premier Canadien qualifié pour une finale de Grand Chelem en simple messieurs, Milos Raonic a ensuite nettement dominé les débats dans la dernière manche face à un adversaire certainement émoussé par les efforts fournis deux jours plus tôt face à Marin Cilic (succès en cinq sets, après avoir sauvé trois balles de match). Il a signé le break décisif dans un quatrième jeu où Roger Federer s'est peut-être fait mal à un genou sur une glissade. Le Canadien a conservé sans difficulté cet avantage, concluant la partie sur un service gagnant.

sda-ats

 Toute l'actu en bref