Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vladimir Petkovic ne se démonte pas. Malgré l'imminence de la "finalissima" contre le Portugal, le sélectionneur de l'équipe de Suisse assure ne penser qu'au match de samedi face à la Hongrie.

"Je ne pense pas encore à la rencontre de Lisbonne", a martelé vendredi Vladimir Petkovic devant la presse à Bâle, à la veille de l'avant-dernière journée du Groupe B dans les éliminatoires à la Coupe du monde.

Le sélectionneur national a ainsi affirmé qu'il allait "aligner la meilleure équipe possible" face à la Hongrie. Reste à savoir si cela sera vraiment le cas, sachant que trois joueurs clefs (Ricardo Rodriguez, Blerim Dzemaili et Admir Mehmedi) sont sous la menace d'un second carton jaune, et donc d'une suspension mardi à Lisbonne.

Vladimir Petkovic n'a pas non plus révélé qui allait remplacer Valon Behrami, touché aux adducteurs et forfait pour les deux prochains matches. "Valon va nous manquer, et on ne peut pas le remplacer si facilement. Tous les autres devront mettre 10% de plus d'intensité pour compenser son absence", a-t-il prévenu.

"Valon et Gelson Fernandes (réd: lui aussi blessé) vont néanmoins nous rejoindre samedi matin à l'hôtel et passer la journée avec nous. Nous formons une équipe. Et si nous devons nous qualifier pour la Coupe du monde, nous y serons parvenus à 23-24 joueurs, et pas seulement à 11", a remarqué Vladimir Petkovic.

Pour l'entraîneur national, il ne sera pas question de calculer face à la Hongrie. Et même si un match nul peut suffire au bonheur des Suisses avant d'aller affronter le Portugal. "Nous voulons gagner, ne serait-ce que pour aborder notre dernière partie avec le plein de confiance", a-t-il assuré.

La Hongrie veut sa revanche

Côté hongrois, il ne sera pas question de solder la rencontre de Bâle, histoire de défendre la 3e place du Groupe B, qui pourrait avoir son importance pour la nouvelle Nations League de l'année prochaine. "Nous voulons aussi profiter de tels matches pour emmagasiner de l'expérience. Cela n'est possible qu'en sélection nationale, et plus en club", a estimé l'entraîneur Bernd Storck, faisant référence au triste état actuel des clubs hongrois.

"Notre équipe (réd: largement rajeunie après l'Euro 2016) a besoin de temps. Mais nous sommes sur la bonne voie, et je ne suis pas totalement insatisfait de nos éliminatoires à la Coupe du monde. Nous avons accroché le Portugal et la Suisse. Des Suisses contre qui nous n'avons pas eu de chance au match aller", a rappelé Bernd Storck à propos de la victoire helvétique de Budapest d'octobre 2016, décrochée 3-2 grâce à un but de Stocker à la 89e minute.

Samedi à Bâle, Bernd Storck devra composer sans plusieurs titulaires, à l'image de Balazs Dzsudzsak (suspendu), Zoltan Gera et Adam Szalai (tous deux blessés).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS