Toute l'actu en bref

Près de trois quarts des Suisses pensent que la recherche scientifique devrait être soutenue par l'État (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Les Suisses semblent être très rationnels. Plus de la moitié d'entre eux (57%) a une grande, voire très grande confiance en la science. Seuls 5% disent ne s'y fier que peu ou très peu, selon le premier baromètre scientifique suisse 2016.

Les scientifiques dans les universités jouissent d'une réputation particulièrement bonne, puisque près de deux tiers (63%) de la population leur accordent un fort à très fort crédit. Ce chiffre tombe à environ un tiers (36%) concernant les chercheurs dans l'industrie et l'économie, fait savoir l'Université de Zurich jeudi dans un communiqué relatif à ce baromètre.

Près de trois quarts (73%) des sondés estiment que la recherche scientifique est nécessaire, même si elle n'engendre pas une utilité immédiate. La même part pense que la recherche devrait être soutenue par l'État. Seuls 6% n'y sont pas favorables.

Une majorité des personnes (61%) considère que la science leur est bénéfique. Parallèlement, la moitié de la population est d'avis que la recherche scientifique devrait aussi avoir des limites, révèle encore le baromètre.

D'abord via la presse

Les Suisses s'informent sur la science et la recherche le plus souvent par la presse écrite. Viennent ensuite Internet, Wikipédia en tête, et la télévision. Les magazines spécialisés arrivent en dernière place.

Plus de la moitié (51%) des personnes interrogées disent s'intéresser fortement à très fortement au domaine scientifique, devant l'économie, les finances ou le sport. Seule la politique suscite plus d'intérêt, précise l'alma mater zurichoise.

L'enquête a été menée en juin par téléphone auprès de 1051 personnes âgées de 15 ans au moins et vivant en Suisse romande, en Suisse alémanique et au Tessin.

sda-ats

 Toute l'actu en bref