Toute l'actu en bref

De nombreux migrants sont secourus après s'être entassés sur des bateaux trop petits pour leur nombre (photo de la marine italienne).

KEYSTONE/AP Italian Navy Marina Militare

(sda-ats)

Le nombre de migrants arrivés par la mer en Europe depuis début janvier dépasse désormais les 200'000. Plus de 2500 personnes ont péri durant la même période.

Au total, près de 205'000 personnes ont franchi la Méditerranée jusqu'à lundi, contre un peu plus de 90'000 en 2015 à la même période, a indiqué mardi à Genève l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Près de 160'000 sont arrivés en Grèce. Le nombre de victimes atteint lui 2510, a souligné le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR).

En une semaine, après plusieurs naufrages, le nombre de victimes est passé d'une baisse d'environ 25% par rapport à la même période en 2015 à une hausse de 34%. La traversée de la Libye vers l'Italie est la plus dangereuse. Parmi les tués, 2119 sont décédés dans cette région. Et 13'000 personnes ont été sauvées la semaine dernière.

Plus de 600 personnes s'entassent souvent dans des embarcations trop petites pour les accueillir. Davantage que la situation observée entre la Turquie et la Grèce. Selon des sources non confirmées, l'augmentation récente serait due aux passeurs qui tentent d'étendre les revenus avant le début du Ramadan dans une semaine.

Bateaux plus importants

L'OIM attribue la hausse notamment aux conditions météorologiques qui s'améliorent. Elle confirme aussi que les bateaux utilisés sont plus grands qu'auparavant.

Si les arrivées en Grèce ont diminué, l'accord migratoire entre l'UE et la Turquie n'a pas pour le moment provoqué un changement de trajet des Syriens, des Afghans ou des Irakiens. Selon l'OIM, les Syriens paient par exemple jusqu'à 2000 euros aux passeurs.

Une opération de secours aurait eu lieu mardi matin entre la Grèce et l'Italie, une première en 2016 selon le HCR qui ne pouvait pas donner davantage de détails dans l'immédiat. Le Haut Commissariat salue les efforts des secouristes et appelle à poursuivre le sauvetage de ces migrants.

"Si nous arrêtons de les secourir, davantage de personnes vont mourir", a affirmé devant la presse un porte-parole du HCR William Spindler. Les réinstallations des migrants arrivés en Grèce et en Italie doivent être accélérées, a-t-il ajouté.

sda-ats

 Toute l'actu en bref