Plus de 68'500 signatures contre la stratégie énergétique


 Toute l'actu en bref

Les Suisses devraient voter le 21 mai sur la stratégie énergétique. Selon les référendaires, le tournant vert qui doit accompagner la sortie du nucléaire ne garantira pas l'approvisionnement électrique du pays (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le peuple devrait voter le 21 mai sur la stratégie énergétique 2050. L'UDC et l'Alliance énergie ont déposé jeudi à Berne plus de 68'500 signatures à l'appui de leur référendum.

La stratégie doit provoquer un tournant vert. Aucune nouvelle centrale nucléaire ne devrait être construite et l'énergie de l'atome devra être progressivement remplacée par celle produite par le vent, le soleil, l'eau ou encore les déchets.

3200 francs par ménage

Ménages et entreprises devront participer à l'effort en réduisant leur consommation d'énergie de 43% par rapport à l'an 2000. Pour l'UDC, c'est là que le bât blesse. Cet objectif ne sera réalisable qu'au prix d'un effort d'environ 200 milliards de francs. Chaque ménage devra débourser 3200 francs de plus par an, a averti le président du parti Albert Rösti.

Cet objectif est inscrit dans la loi soumise au peuple. Il faut donc la stopper. Même si la fiscalité écologique que le gouvernement aimerait inclure dans une seconde étape est combattue au Parlement, il faudra trouver une solution. Et le président de l'UDC d'évoquer une augmentation de la TVA, de la redevance sur le courant renouvelable ou de la taxe sur le CO2.

Soutien du PLR

"La loi est mauvaise, on peut en faire une bien meilleure", a affirmé le conseiller national Benoît Genecand (PLR/GE), représentant d'une minorité PLR/PDC acquise au référendum. Le projet ne dit pas comment assurer l'approvisionnement énergétique du pays.

Au lieu d'investir dans la recherche et le développement, la loi investit dans l'énergie solaire qui n'amènera que du courant instable et à très bas prix, a critiqué le Genevois. Il ne sera pas disponible quand la Suisse en a besoin. Il manque une réforme profonde du réseau électrique.

Même pour l'hydraulique, la loi sera inefficace et les 120 millions prévus permettront seulement de payer des taxes dans les communes.

Au nom de sa petite Alliance Energie, l'ingénieur en électricité Lukas Weber a récolté à lui seul plus de 5000 signatures. Ne comptant sur aucun soutien du camp rose-vert, il a appelé au ralliement des forces bourgeoises au référendum. Le PLR dont 13 sur 33 conseillers nationaux ont combattu la stratégie énergétique au Parlement ne soutient pas le référendum.

ATS

 Toute l'actu en bref