Toute l'actu en bref

L'application "Alerte attentat" permet à chacun d'être alerté "en cas de suspicion d'attentat ou d'événement exceptionnel". L'utilisateur accepte d'être géolocalisé pour recevoir l'alerte en temps et en heure dans le lieu où a lieu l'événement et où il se trouve (imge symbolique).

KEYSTONE/APA/UNBEKANNT

(sda-ats)

"Alerte attentat" sur son écran de téléphone: le gouvernement français lance mercredi, à l'occasion de l'Euro-2016 de football, une application pour smartphone prévenant les populations d'une "crise majeure" de terrorisme.

Cette application sera disponible gratuitement en français et en anglais, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Elle complète l'habituel dispositif d'alertes comme les sirènes ou les consignes des forces de l'ordre.

Elle permet à chacun d'être alerté, sur son smartphone, "en cas de suspicion d'attentat ou d'événement exceptionnel" - attaque nucléaire, rupture d'un barrage - pouvant en résulter. L'utilisateur accepte d'être géolocalisé pour recevoir l'alerte en temps et en heure dans le lieu où se produit l'événement et selon le lieu où il se trouve.

Jusqu'à huit zones

On peut également télécharger jusqu'à huit zones géographiques si l'on s'inquiète pour des proches par exemple, a précisé le ministère de l'Intérieur qui a piloté et présenté le projet. Outre l'alerte, l'application délivre des conseils de comportement à adopter, de consignes à respecter en fonction de la nature de l'alerte.

Cette "appli" avait été décidée "après un retour d'expérience" des attentats de novembre 2015 et annoncée par le Premier ministre Manuel Valls. Il avait fixé l'Euro de football comme date butoir.

Le gouvernement français entend que chaque usager soit son "ambassadeur" pour relayer le message sur les réseaux sociaux notamment: "Ce concours citoyen démultiplie la seule capacité de diffusion de la puissance publique".

Moins de 15 minutes

Le délai sera de moins de quinze minutes entre le déclenchement de l'alerte par le représentant local de l'Etat et son application sur smartphone, selon les prévisions du ministère de l'Intérieur.

"Cela peut éviter de saturer le '17' (police-secours"), a fait valoir un membre du cabinet du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. "L'alerte permet de tenir vite au courant la population et de lui préciser ce que l'on sait."

L'application "garantit le respect de la vie privée des utilisateurs", assurent aussi les autorités.

sda-ats

 Toute l'actu en bref