Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des manifestants protestent dimanche à l'aéroport international d'Indianapolis contre le décret antimusulman signé par le président américain Donald Trump (archives).

KEYSTONE/AP The Indianapolis Star/KELLY WILKINSON

(sda-ats)

Le gouvernement américain a accordé des dérogations à 872 réfugiés concernés par le décret présidentiel signé vendredi par Donald Trump. Ces derniers pourront entrer aux Etats-Unis cette semaine, selon un document interne du département de la Sécurité intérieure.

Un responsable de la Sécurité intérieure a confirmé ces exceptions, expliquant que les réfugiés étaient considérés comme "en transit". Leur installation avait été approuvée avant l'entrée en vigueur de la suspension temporaire de l'accueil des réfugiés du décret.

La mesure intervient alors que le décret a déclenché une vague de condamnations internationales et intérieures. Le texte suspend également l'entrée sur le sol américain des ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Un manque de communication du gouvernement avec les agences chargées de mettre en oeuvre l'ordre exécutif, dont le département de la Sécurité intérieure (DHS), a également été dénoncé par certains.

Entrées refusées

Selon le responsable de la Sécurité intérieure, l'octroi d'exceptions supplémentaires reste incertain. Les nationalités des réfugiés autorisés à entrer ne sont pas précisées dans le texte consulté par Reuters.

Le document interne précise toutefois qu'entre vendredi soir et lundi matin, 348 porteurs de visa ont été empêchés d'embarquer à bord d'avions à destination des Etats-Unis.

Plus de 200 personnes arrivées dans les aéroports américains se sont vu refuser l'entrée dans le pays. Pendant la même période, 735 personnes ont été soumises dans les aéroports américains à un interrogatoire des responsables des douanes et de l'immigration, dont 394 résidents permanents porteurs de carte verte, poursuit le document.

Au cas par cas

Les 872 réfugiés qui doivent être admis aux Etats-Unis cette semaine ont été sélectionnés selon les procédures en vigueur sous l'administration Obama. Le processus prend généralement deux ans et comprend plusieurs interviews et une vérification des antécédents.

Dimanche soir, le département a assuré que les porteurs de carte verte pourraient entrer dans le pays, à la condition de contrôles additionnels à l'arrivée. Les voyageurs issus des sept pays cités (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen) pourront être autorisés à entrer en fonction d'un examen au cas par cas, a ajouté le département.

ATS