Première sortie dans l'espace "très réussie" pour Thomas Pesquet


 Toute l'actu en bref

Thomas Pesquet est devenu le quatrième Français à effectuer une sortie dans l'espace et le onzième Européen.

KEYSTONE/AP NASA

(sda-ats)

La première sortie dans l'espace de l'astronaute français Thomas Pesquet, vendredi aux côtés de son collègue américain Shane Kimbrough, s'est déroulée sans aucun problème. Les deux hommes ont même réussi à boucler leur mission plus rapidement que prévu.

Les deux hommes, qui ont notamment effectué des travaux de modernisation du système électrique de l'avant-poste orbital, ont arrêté les batteries internes de leur scaphandre à 18h20, marquant la fin officiel de leur expédition qui a duré 05 heures et 58 minutes, selon le commentateur de la télévision de la Nasa, qui a retransmis intégralement en direct cette sortie. Ce commentateur a qualifié la performance des deux astronautes de "très réussie".

Le Français, de retour dans l'ISS, était très souriant après avoir enlevé le casque de son scaphandre, assisté par sa collègue Peggy Whitson pour les complexes opérations de "déshabillage".

Durant leur expédition extravéhiculaire, Pesquet et Kimbrough ont installé des adaptateurs et des câbles électriques pour brancher trois nouvelles batteries lithium-ion, de la taille d'un réfrigérateur d'une masse de près de 200 kilos chacune.

Nouvelles batteries

Thomas Pesquet, 38 ans, qui séjourne dans la Station depuis le 20 novembre, est devenu le quatrième Français à effectuer une sortie dans l'espace et le onzième Européen.

Comme les deux astronautes avaient terminé l'installation des batteries, leur tâche principale, en trois heures, soit avec beaucoup d'avance sur le programme, le centre de contrôle de Houston leur a demandé de procéder à d'autres tâches.

Ils ont entre autres remplacé une caméra défectueuse sur l'ISS, déplacé une protection contre les micro-météorites et pris une série de photos.

Shane Kimbrough, 49 ans, commandant de l'équipage de l'ISS, avait déjà effectué une première sortie de 6 heures et 35 minutes la semaine passée avec sa compatriote Peggy Whitson, pour installer trois premières batteries.

Ces six nouvelles batteries avaient été livrées à l'ISS en décembre par le vaisseau de fret japonais HTV. Elles remplacent douze des 48 batteries à hydrogène d'ancienne génération qui servent à stocker 60% de l'énergie produite par les panneaux solaires de l'ISS.

Les autres batteries à hydrogène seront également toutes remplacées par des accumulateurs lithium-ion.

L'ensemble de ce ballet orbital a été orchestré depuis le Centre spatial Johnson à Houston, au Texas, notamment par l'Italien Luca Parmitano, un astronaute et ingénieur de l'Agence spatiale européenne (ESA).

ATS

 Toute l'actu en bref