Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Dieu merci elle est de retour!" Après une trêve internationale déprimante pour l'Angleterre, le Daily Mail a ainsi salué le retour de la Premier League ce week-end et son cortège d'affiches.

Le leader Manchester City doit se reprendre samedi contre Everton, après dix victoires consécutives suivies de deux rencontres sans gagner contre le Celtic Glasgow en Ligue des champions (3-3) et Tottenham (0-2). City - Everton, ou la rencontre Pep Guardiola - Ronald Keoman, deux légendes du Barça.

Si Tottenham reproduit à West Bromwich la même prestation qu'à White Hart Lane contre les Citizens, la victoire semble presque acquise pour la seule équipe encore invaincue. Mais les Spurs sont-ils prêts mentalement et physiquement à presser avec la même intensité ?

Pour Arsenal, la réception de Swansea est une histoire de revanche. En mars, les Gallois avaient annihilé les espoirs de titre des Gunners en s'imposant à Londres à la surprise générale (2-1). Ce soir-là, une partie de l'Emirates Stadium avait appelé à la démission d'Arsène Wenger. "Nous avons une bonne opportunité de montrer que nous avons appris", a insisté dans la semaine l'entraîneur français.

Chelsea n'est que 7e et la position d'Antonio Conte est menacée. Deux importants bookmakers britanniques ont suspendu les paris sur un prochain licenciement de l'Italien, tellement les sommes pariées en ce sens s'envolaient. "Je prends ça avec le sourire. J'essaie de savoir qui a parié autant d'argent", a plaisanté l'Italien en conférence de presse, avant la réception de Leicester samedi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS