Toute l'actu en bref

Les pesticides dans les rivières ont des répercussions sur les poissons et se retrouvent ensuite dans le corps humain (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Les rivières et lacs suisses sont pollués par les pesticides utilisés dans l'agriculture intensive, avertit Pro Natura. La société de défense de la nature plaide pour l'interdiction des substances les plus toxiques et pour une forte réduction dans l'agriculture.

Selon Pro Natura, quelque 2000 tonnes d'herbicides, fongicides ou insecticides sont vendues chaque année en Suisse, dont 80 à 90% sont utilisées par l'agriculture, a indiqué lundi l'association dans un communiqué.

Répandus sur les champs et les cultures, ces pesticides s'infiltrent dans les sols et dans les plans d'eau, relève la société de défense de la nature. Quelque 70% des ruisseaux et des rivières étudiés par l'institut de recherche sur l'eau de l'EPF Zurich contiennent des "quantités préoccupantes de pesticides".

Elles intoxiquent les organismes vivant dans les plans d'eau. Certains pesticides se retrouvent jusque dans le corps humain: des études ont détecté leur présence dans l'urine humaine.

Prescriptions à l'agriculture

Pour contrer ce phénomène, Pro Natura a lancé une campagne pour des eaux plus propres. La fondation exige que les substances les plus toxiques soient retirées du marché. Elle demande également que les études d'homologation soient publiées. Le but est également de diminuer la quantité de pesticides utilisée par l'agriculture.

Le Conseil fédéral publiera cet été un plan d'action pour réduire les pesticides en Suisse. Pro Natura entend insister pour que cela débouche sur une "réduction significative de l'utilisation des pesticides par des prescriptions sans équivoque à l'agriculture", indique Sophie Michaud Gigon, membre de la direction, citée dans le communiqué.

sda-ats

 Toute l'actu en bref