Toute l'actu en bref

Aucun élément ne permet de penser que Frédéric Hainard aurait effectivement pu voter à de nombreuses reprises (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le Ministère public neuchâtelois classe la procédure contre Frédéric Hainard concernant les bulletins de vote pour le scrutin de dimanche. Il a pris acte du fait que ce n'était qu'un coup de bluff de la part de l'ancien conseiller d'Etat.

Frédéric Hainard avait écrit sur Facebook qu'il avait voté 267 fois pour le scrutin du 25 septembre, en remplissant 266 bulletins provenant d'amis. Le Conseil d'Etat avait peu goûté cette déclaration, et avait déposé plainte.

Aucun élément ne permet de penser que Frédéric Hainard aurait effectivement pu voter à de nombreuses reprises, a indiqué jeudi dans un communiqué le procureur général Pierre Aubert.

Ce dernier a entendu l'intéressé, qui lui a confirmé que son intervention n'était qu'une provocation. Il l'avait déjà précisé sur sa page Facebook quelques jours après son coup de bluff.

Soupçons confirmés

L'avocat voulait ainsi faire allusion aux failles du système, vu les doutes qui entourent les élections communales de La Chaux-de-Fonds en juin. Certains bulletins présentaient des ressemblances d'écriture, faisant suspecter des captations de suffrages.

La Chancellerie cantonale avait admis qu'il y avait un doute sur certains bulletins. Mais elle avait tout de même validé les résultats, estimant que ceux-ci n'auraient pas été différents sans l'éventuelle irrégularité.

Reste que du côté de la justice, la procédure est toujours en cours. Les analyses scientifiques ont confirmé les soupçons de la Chancellerie, a précisé le procureur. "D'autres informations à ce sujet seront données en temps et lieu."

sda-ats

 Toute l'actu en bref