Règlement du conflit syrien: où sont les Etats-Unis? (Mistura)


 Toute l'actu en bref

"Où sont les Etats-Unis (sur la solution politique)? Je ne peux pas vous le dire, car je n'en sais rien", a déclaré Staffan de Mistura à la Conférence sur la sécurité à Munich.

KEYSTONE/EPA/PHILIPP GUELLAND

(sda-ats)

L'émissaire de l'ONU sur la Syrie Staffan de Mistura s'est interrogé dimanche sur l'engagement américain dans la recherche d'une solution politique en Syrie. Il s'exprimait à quelques jours de la reprise de négociations intersyriennes à Genève.

"Où sont les Etats-Unis (sur la solution politique)? Je ne peux pas vous le dire, car je n'en sais rien", a déclaré M. de Mistura à la Conférence sur la sécurité à Munich.

"Je comprends qu'ils ont en tête trois priorités: combattre Daech (acronyme arabe pour qualifier le groupe Etat islamique), limiter l'influence d'un certain acteur régional (l'Iran, ndlr), et ne pas mettre en danger l'un de leurs principaux alliés dans la région", a déclaré M. de Mistura.

"Comment résoudre cette quadrature du cercle ? C'est ce qui est en débat à Washington", a ajouté l'émissaire de l'ONU. "Ma question est: voulez-vous combattre ou défaire définitivement Daech? Pour défaire Daech, il faut une solution politique crédible" en Syrie.

Administration Trump sans position

L'administration Trump n'a jusqu'à présent pas ou peu donné de signes sur son implication dans les efforts diplomatiques pour tenter de résoudre le conflit qui ravage la Syrie depuis six ans. Un conflit qui a fait plus de 310'000 morts et des millions de réfugiés.

Pas plus qu'elle ne s'est prononcée sur la façon dont elle envisage une solution politique, et en particulier sur le sort du président syrien Bachar al-Assad. L'opposition réclame le départ de ce dernier, tout comme l'a fait pendant longtemps l'administration de Barack Obama.

"Nous sommes en train de revoir tout le processus de fond en comble", a répondu l'envoyé spécial américain de la coalition antidjihadistes, Brett Mc Gurk, qui participait au débat. "Nous serons très égoïstes concernant la protection et la promotion de nos intérêts".

Espoir d'une solution politique

De nouveaux pourparlers intersyriens doivent reprendre jeudi prochain à Genève sous l'égide de l'ONU, après trois sessions en 2016. Ces dernières n'ont permis aucune avancée en raison du fossé immense entre les belligérants sur la transition politique et le sort d'Assad.

"Il est temps d'essayer de nouveau", a lancé M. de Mistura. Il a aussi rappelé que les conditions avaient changé avec le rapprochement entre Moscou, allié indéfectible de Damas, et Ankara, soutien de l'opposition. Ce rapprochement a permis l'établissement fin décembre d'un cessez-le-feu très volatil et d'un processus de négociations au Kazakhstan centré sur le respect de ce cessez-le-feu.

"Nous irons à Genève pour discuter d'une solution politique", a déclaré Anas al-Abdeh, le chef de la Coalition nationale syrienne, la principale composante de l'opposition, également présent à Munich. Mais aucun problème ne sera résolu "tant qu'Assad reste au pouvoir".

Sur le terrain, au moins 16 personnes, dont deux femmes, ont été tuées samedi par des tirs de roquettes du régime syrien, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les frappes ont eu lieu lors de funérailles à la périphérie de Damas.

ATS

 Toute l'actu en bref