Toute l'actu en bref

Le marché immobilier valaisan marque le pas. La demande et les prix sont à la baisse dans tous les domaines (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les stations valaisannes sont à la peine en matière de construction. L'offre est très supérieure à la demande et la chambre immobilière valaisanne craint un effondrement du marché.

Les premiers signes d'essoufflement sont apparus en 2014, selon le rapport sur le marché immobilier valaisan publié mardi par la Chambre Immobilière Valais (CIV) et la Banque Cantonale du Valais (BCVs). Les stations souffrent particulièrement. Le ralentissement économique, le franc fort, les nouvelles réglementations augmentent encore les difficultés.

L'indice des permis de construire stagne depuis 2014, après une forte hausse en 2013. La tendance va se maintenir en 2016, selon le rapport. Mais le nombre de logements mis sur le marché a augmenté l'an dernier. En conséquence, les prix, à la vente comme à la location, sont en baisse. Les stations connaissent les replis les plus importants.

Villas plus chères

En moyenne cantonale, une villa de 850 mètres cubes avec un terrain de 600 mètres carrés se vendait 953'000 francs en 2014 et 964'000 francs en 2015. Dans les stations, les prix moyens ont légèrement diminué, mais demeurent supérieurs à la moyenne cantonale avec 1,11 million de francs en 2014 et 1,09 million l'an dernier.

Sur le marché de la PPE, les prix de vente se sont repliés. POur une surface de 100 mètres carrés net, il fallait débourser 815'000 francs l'an dernier, 1,23% de moins qu'en 2014. Dans les stations également, les prix ont diminué de 3,33% pour se fixer à 995'000 francs.

Les loyers connaissent aussi un repli. Le ralentissement démographique explique la baisse des loyers, précise le rapport. Les stations subissent les baisses les plus importantes en raison d'une démographie moins dynamique. De surcroît, les ventes étant plus difficiles, de plus en plus de PPE sont louées, un paramètre qui pèse encore sur les loyers.

La nouvelle loi sur l'aménagement du territoire (LAT) constitue toujours un souci majeur. La CIV demande au canton d'explorer plus avant les limites du nouveau cadre légal fédéral. Elle demande des solutions pragmatiques et réalistes adaptées aux spécificités valaisannes.

sda-ats

 Toute l'actu en bref