Toute l'actu en bref

Voilà 20 ans que le loup recolonise les contrées sauvages de Suisse (archives).

KEYSTONE/PHOTPRESS/WWF/STAFFAN WIDSTRAND

(sda-ats)

L'autorisation de tir délivrée mardi par le gouvernement valaisan pour un loup dans la région d'Augstbord (VS) va à l'encontre du droit, estiment Pro Natura et WWF Suisse. Les organisations de défense de la nature ont fait recours et exigent l'effet suspensif.

La présence de louveteaux est probable. Les jeunes animaux ne survivraient pas à l'abattage d'un de leurs parents, argumentent les organisations dans un communiqué publié vendredi. Dans ce cas, c'est à l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), et non plus au canton du Valais, qu'il incombe de régler la question de l'autorisation de tir.

"Normalement les petits naissent en avril, mai. Ils seraient donc encore tout petits", a indiqué Martina Lippuner, la porte-parole de WWF Suisse, à l'ats. Vu leur jeune âge, il n'y a pas encore de preuve formelle de leur existence. Mais comme les deux loups, F14 et M59, sont désormais âgés de deux ans et que leurs traces ont été vues ensemble, le couple pourrait avoir formé une meute.

Cela ne serait pas la première fois que des louveteaux naissent en Suisse, a déclaré Martina Lippuner. Une meute est bien attestée dans le Calanda (GR). La deuxième a été établie il y a une année au Tessin dans la vallée Morobbia près de Bellinzone.

Protection

Le plan de gestion du loup (Plan Loup) élaboré par l'OFEV spécifie que les tirs sont à éviter du 1er avril au 31 juillet. Durant cette période, les petits sont encore dans le terrier. Le Plan Loup spécifie notamment que le loup est protégé et que la Confédération couvre les dégâts causés aux animaux de rente.

Pro Natura et le WWF demandent au canton du Valais de se concentrer sur la mise en oeuvre des mesures de protection des troupeaux. Le nombre élevé d'attaques montrerait que la majorité des animaux de rente ne sont toujours pas protégés.

Effet suspensif

L'autorisation de tir est valable 60 jours. Dans un premier temps, il appartient au Conseil d'Etat valaisan de se prononcer sur l'effet suspensif. Le Plan Loup spécifie que les cantons peuvent délivrer une autorisation de tir à titre exceptionnel, en cas de dégâts importants.

Trois loups ont sévi dans la région d'Augstbord (VS) et ont tué 50 moutons et chèvres entre le 6 avril et le 3 juin. Le canton estime que des mesures raisonnables de prévention ont été mises en place.

sda-ats

 Toute l'actu en bref