Toute l'actu en bref

Mercure, petit point noir à gauche sur le Soleil, vue lundi depuis la Russie avec un appareil spécialisé.

/AP/DMITRI LOVETSKY

(sda-ats)

Mercure, la plus petite planète du système solaire, est passée lundi entre la Terre et le Soleil. Ce phénomène rare a été visible notamment en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord et du Sud.

Les amateurs ont pu suivre le trajet de Mercure, apparaissant comme un tout petit disque noir se déplaçant devant l'astre. Pour découvrir le spectacle, il fallait disposer d'instruments astronomiques, à moins de le suivre sur Internet grâce à diverses institutions scientifiques.

Le phénomène a commencé à 13h12 (en Suisse) et devait s'achever à 20h42. Il a été visible dans la partie du monde où il faisait jour à ce moment-là. En Suisse, c'est depuis le lac de Constance et le centre du pays que l'on pouvait le mieux observer le phénomène, selon MétéoSuisse.

Visuellement, Mercure a "donné l'impression de grignoter l'un des bords du Soleil puis il l'a traversé très lentement avant de ressortir de l'autre côté", a expliqué Pascal Descamps, astronome à l'observatoire de Paris.

Ce phénomène a duré sept heures et demie. Il est "rare, car il exige un alignement presque parfait du Soleil, de Mercure et de la Terre", souligne-t-il.

Prochaine échéance en 2019

Encore peu explorée, la mystérieuse Mercure est la planète la plus proche du Soleil. Son orbite est très excentrique. Son point le plus proche du Soleil se trouve à 46 millions de kilomètres de lui (périhélie), et le plus éloigné à 70 millions de kilomètres.

Toute petite (son diamètre est de 4780 km seulement), la planète est rapide. Elle fait le tour du Soleil en 88 jours. Elle passe tous les 116 jours entre la Terre et notre étoile. Mais du fait de l'inclinaison de son orbite autour de l'astre par rapport à l'orbite de la Terre, elle nous paraît la plupart du temps se trouver au-dessus ou en dessous du Soleil.

De ce fait, les transits de Mercure devant le Soleil sont peu fréquents: il y en a 13 ou 14 par siècle. Les prochains seront en novembre 2019, en novembre 2032 et en mai 2049.

"C'est toujours excitant de voir des phénomènes astronomiques rares de ce type", souligne Martin Barstow, président de la Royal Astronomical Society, dans un communiqué. Il rappelle qu'il est important de respecter les consignes de sécurité. Regarder le Soleil directement sans protection peut provoquer des lésions oculaires irrémédiables.

sda-ats

 Toute l'actu en bref