Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Matin Dimanche a interrogé l'une des victimes de l'attaque survenue le jour de Noël à Longeborgne (archives).

KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

L'attaque survenue le jour de Noël sur le chemin de l'ermitage de Longeborgne (VS), l'initiative contre l'immigration de masse et l'asile occupent une large place dans la presse dominicale de ce 1er janvier. En voici les principaux titres:

Le Matin Dimanche: Une des victimes de l'agression commise le 25 décembre à Bramois (VS) pensait que l'auteur des faits "était paniqué", car son oncle, qui gisait par terre, "était mort", et qu'il venait "chercher de l'aide", explique-t-elle au Matin Dimanche. "Il m'a simplement dit: 'Harmonie!'", puis "m'a bousculée" et poignardée. Elle dit n'avoir rien senti. Lorsque l'agresseur est retourné vers la personne sol, la femme de 73 ans est "repartie d'où elle venait" et a demandé à un couple d'appeler la police. Elle n'a "réalisé ce qui s'était passé qu'une fois à l'hôpital". L'auteur présumé des agressions est un Portugais de 32 ans, retrouvé mort sur la berge d'une rivière. Il avait été traité pour des troubles psychotiques, mais n'avait pas d'antécédents judiciaires. Outre son oncle et la femme, il a aussi poignardé un homme de 69 ans.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Les femmes retraitées reçoivent en moyenne des pensions inférieures de 37% à celles des hommes, rapportent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Sur un an, la différence se monte à environ 20'000 francs. De nombreuses femmes ne savent pas qu'un emploi à temps partiel peut réduire drastiquement le montant des rentes, relève Andrea Gisler, la présidente de Frauenzentrale à Zurich. La plupart du temps, les femmes ne se préoccupent du problème que lors d'un divorce ou du décès de leur partenaire, ce qui est trop tard, poursuit-elle. Elle recommande d'avoir un emploi d'au moins 70% pour ne pas avoir de perte en termes de rente ou de carrière.

SonntagsBlick: Si les Suisses étaient appelés à se prononcer à nouveau sur l'initiative anti-immigration de l'UDC, qui visait à réintroduire des contingents de travailleurs étrangers, 47% d'entre eux glisseraient un "oui" dans l'urne, indique une sondage diffusé par le SonntagsBlick. Quarante-trois pour cent s'y opposeraient, alors que 10% sont incertains. Les Helvètes rejettent en revanche massivement une résiliation de l'accord sur la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (par 52% des voix). Seuls 30% soutiennent l'initiative qu'envisage de lancer l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN). L'institut Opinio a interrogé 1000 personnes pour son enquête.

NZZ am Sonntag: Près de 27'500 personnes ont déposé une demande d'asile en Suisse l'an dernier, rapporte la NZZ am Sonntag, citant une personne bien informée. Ce nombre est inférieur de 12'000 (soit 30%) par rapport à 2015. Une des raisons à cette baisse est le refoulement à la frontière sud par les gardes-frontières de milliers de migrants, qui voulaient se rendre en Allemagne ou dans les pays du nord de l'Europe. Au cours des cinq dernières années, la Suisse a accordé l'asile ou a accueilli à titre provisoire 50'000 requérants d'asile. Les coûts pour l'accueil d'une partie de ces personnes seront assumés pour la première fois cette année par les cantons et les communes et non plus seulement par la Confédération.

Schweiz am Sonntag: Huit mille cent soixante-six demandeurs d'asile ont "disparu" dans la nature au cours de la procédure menée par les autorités suisses, un record, révèle Schweiz am Sonntag, citant des chiffres du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Il y a un an, leur nombre atteignait 4943, soit près de 40% en moins. Selon le SEM, "la très grande majorité" des personnes disparues ont quitté le pays. Elles ont été rapidement informées de leur faible chance de pouvoir rester en Suisse, explique un porte-parole. Aucune augmentation de sans-papiers n'a été enregistrée dans le pays.

NZZ am Sonntag: Un Bâlois de 42 ans a été condamné par le Ministère public de la Confédéraiton à six mois de prison et une amende de 8000 francs pour propagande islamiste, indique la NZZ am Sonntag. L'homme, originaire de Bosnie-Herzégovine, a fait la publicité d'un prédicateur radical bosnien entre 2009 et 2014, ainsi que celle des organisations terroristes Etat islamique et front al-Nosra, l'ancienne branche syrienne d'Al-Qaïda. Il utilisait un site internet, qu'il cofinançait, des CD et des DVD. Le condamné regrette et a renoncé à l'idéologie islamiste, affirment des connaissances, cité par le journal.

SonntagsBlick: Le chef de Migros Zurich, Jorg Blunschi, devrait devenir le nouveau patron de la Migros, affirme SonntagsBlick, qui se base sur des sources internes et des "indices". M. Blunschi avait pourtant laissé entendre à Bilanz, qu'il ne voulait pas être le successeur de l'actuel chef de la Migros, Herbert Bolliger. Le rival le plus sérieux de M. Blunschi est le chef des ressources humaines et de la culture, Fabrice Zumbrunnen. M. Bolliger avait annoncé sa retraite pour novembre 2017.

Schweiz am Sonntag: Peter Spuhler, le patron du fabricant thurgovien de matériel ferroviaire Stadler Rail, envisage une introduction partielle en bourse pour régler sa succession. Il exclut en revanche une vente à une entreprise chinoise. "Je crois que nous pouvons entrer en bourse, tout en maintenant entre 35 et 40% des actions entre les mains de ma famille. Ensuite, un des enfants pourrait avoir encore une responsabilité opérationnelle", déclare M. Spuhler dans un entretien diffusé dimanche par le journal alémanique Schweiz am Sonntag.

ATS