Toute l'actu en bref

Stan Wawrinka a perdu son titre à Roland-Garros. Désarmé face à Andy Murray, le Vaudois s'est incliné 6-4 6-2 4-6 6-2 en demi-finale.

Le combat annoncé entre les deux hommes a clairement penché en faveur de l'Ecossais. La faute à Stan Wawrinka qui n'a pas sorti un match fantastique. La faute (surtout ?) à Andy Murray qui, lui, a livré une prestation épatante.

Transfiguré après un début de tournoi chaotique, le no 2 mondial n'a quasiment rien raté. Il a réalisé des merveilles en défense, mais aussi agressé son adversaire à la moindre balle trop courte. Et comme il a aussi très bien servi, il fallait être dans un grand jour pour le battre.

Or cela n'a pas été le cas de Stan Wawrinka. Pas assez percutant avec ses attaques, mais aussi trop brouillon (43 fautes directes, le double de son adversaire), le tenant du titre n'avait pas les armes vendredi pour rivaliser avec un si bon Murray.

Le joueur de St-Barthélemy a toutefois eu le mérite de s'accrocher et de gagner le troisième set, profitant du seul coup de mou de son adversaire: menant 40-15 sur son service à 4-5, l'Ecossais a commis quatre fautes de suite pour littéralement offrir ce set à Stan Wawrinka.

Andy Murray repartait néanmoins de plus belle dès l'entame de la quatrième manche en signant le break d'entrée. Il n'était alors plus inquiété, tenant solidement sa mise en jeu, comme sur l'ultime jeu, réussi "blanc" après 2h35 de jeu.

Stan Wawrinka battu, il n'y aura donc pas de remake de l'année dernière, lorsque le Vaudois avait affronté (et battu) Novak Djokovic en finale. C'est à Andy Murray que reviendra le redoutable honneur de se frotter dimanche au Serbe, facile vainqueur dans l'autre demi-finale de l'Autrichien Dominic Thiem (6-2 6-1 6-4).

Le no 1 mondial partira logiquement favori de cette finale, lui qui mène 23-10 dans ses face-à-face avec Andy Murray. C'est toutefois l'Ecossais qui avait raflé leur ultime duel, il y a trois semaines en finale à Rome. Et s'il joue au même niveau que face à Stan Wawrinka, il donnera assurément du fil à retordre au Serbe.

La grande question sera aussi de savoir comment Novak Djokovic va gérer la pression. Battu lors de ses trois précédentes finales à Roland-Garros (2012, 2014 et 2015), il devra faire abstraction de cette "malédiction" dans l'ultime tournoi du Grand Chelem qui manque à son palmarès.

sda-ats

 Toute l'actu en bref