Toute l'actu en bref

Durant le procès, l'accusé Reinhold Hanning (au centre) a affirmé n'avoir "jamais pu parler de son expérience à Auschwitz avec d'autres personnes".

KEYSTONE/EPA DPA POOL/BERND THISSEN / POOL

(sda-ats)

Le Parquet allemand a requis vendredi six ans de prison contre un ancien gardien d'Auschwitz aujourd'hui âgé de 94 ans. L'homme est accusé de "complicité" dans la mort d'au moins 170'000 détenus de ce camp d'extermination entre janvier 1943 et juin 1944.

Reinhold Hanning, jugé depuis février par un tribunal de Detmold (ouest), "a participé à l'entreprise d'anéantissement du camp", a souligné le procureur Andreas Brendel dans son réquisitoire. "Nous devons aux victimes de poursuivre encore aujourd'hui les crimes" commis sous le joug nazi, a-t-il ajouté, cité par l'agence dpa.

Andreas Brendel a rappelé devant la cour que les gardiens dans le camp devaient veiller à ce que les détenus, pour beaucoup juifs, ne quittent pas le camp vivants.

L'accusé était arrivé devant ses juges en chaise roulante lors de l'ouverture de son procès le 11 février. Il a présenté ses excuses fin avril, en évoquant pour la première fois depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, son passé dans le camp de la mort. Il s'était dit "sincèrement désolé" et avait révélé n'avoir "jamais pu parler de son expérience à Auschwitz avec d'autres personnes".

Ouvrier, engagé à 18 ans dans la Waffen SS, parti combattre dans les Balkans puis sur le front russe, Hanning avait été transféré début 1942 à Auschwitz. Membre de l'unité SS Totenkopf, il était affecté au camp de base Auschwitz-I, tout en surveillant à l'occasion la rampe d'arrivée des déportés de Birkenau (Auschwitz-II).

L'ancien SS est le troisième accusé dans le cadre d'une vague de procédures entamées contre des hommes aujourd'hui très âgés. Entre 1940 et le début de 1945, l'Allemagne nazie a exterminé à Auschwitz-Birkenau environ 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs de différents pays européens.

sda-ats

 Toute l'actu en bref