Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Snap affirme être en mesure de générer des revenus durables grâce à la publicité envers son coeur de cible, les 18-34 ans.

KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN

(sda-ats)

Snap, la maison-mère de la populaire messagerie mobile Snapchat, réussissait jeudi son entrée à Wall Street. Le titre bondissait de quelque 45% lors de premiers pas en Bourse très suivis par les investisseurs.

L'action a fini la journée à 24,48 dollars (24,80 francs), soit un bond de 44% par rapport à son prix d'entrée qui avait été fixé à 17 dollars. La valeur boursière de cette entreprise créée il y a six ans dépasse ainsi déjà les 24 milliards de dollars.

L'introduction en Bourse de Snap attire largement l'attention des investisseurs, la séance étant pour le reste tranquille jeudi à Wall Street. Le groupe est, en effet, une figure de la nouvelle génération de la net économie, aux cotés d'Uber, d'Airbnb ou de Spotify.

Phénomène de société

Tous ces noms ne sont actuellement pas cotés et pourraient être incités à rejoindre Wall Street si Snap, dont la messagerie Snapchat est devenue en quelques années un phénomène de société avec ses messages éphémères, confirme la réussite de ses débuts en Bourse.

Lancée sous le nom "Picaboo" en 2011, Snapchat a dépassé son premier million d'utilisateurs quotidiens en 2012, puis 50 millions en 2014 et 100 millions en 2015. Fin décembre 2016, elle avait atteint les 161 millions.

Certains analystes restent sceptiques sur les perspectives à long-terme de Snap. Le précédent du réseau social Twitter, entré en Bourse en novembre 2013 à 26 dollars avant de grimper quelques mois plus tard à près de 70 dollars mais qui n'en vaut plus aujourd'hui que 16, reste dans les mémoires.

Snap affirme de son coté être en mesure de générer des revenus durables grâce à la publicité envers son coeur de cible, les 18-34 ans, mais reconnaît n'avoir aucune garantie de séduire des publics plus âgés.

ATS