Toute l'actu en bref

"C'est le football... Il faut toujours repartir en début de saison. Aujourd'hui, je n'ai pas ma place. Mais je ne lâcherai pas !"

Attendue depuis une semaine, la prise de parole de Stephan Lichtsteiner fut bien celle d'un homme déterminé à retrouver son rang. Le capitaine de l'équipe de Suisse n'est plus, on le sait, qu'un remplaçant de la Juventus auquel on n'interdit de jouer la Ligue des Champions.

"Depuis cinq ans, j'ai toujours joué avec la Juventus. Je sais ce que je dois faire désormais: donner ma réponse sur le terrain et reprendre ma place en Série A et en Coupe d'Italie, lance-t-il avec force. Quant à la Ligue des Champions, la Juventus a considéré apparemment qu'elle n'avait pas besoin de Stephan Lichtsteiner pour passer la phase de poules."

L'équipe de Suisse a, en revanche, besoin d'un grand Stephan Lichtsteiner mardi soir au Parc Sant-Jacques pour entamer victorieusement face au Portugal sa campagne de Russie. Comme son entraîneur et ses coéquipiers, le Lucernois affiche une très grande confiance avant cette rencontre contre le Champion d'Europe en titre qui se déroulera à guichets fermés.

"Nous sortons d'une semaine de préparation très intensive, dit-il. Nous sortons aussi d'un Euro qui fut, je crois, un bel Euro pour l'équipe de Suisse même si penser aux occasions galvaudées lors du huitième de finale contre la Pologne fait toujours aussi mal. Mardi, nous jouerons pratiquement avec la même équipe qu'en France. Nous devons prouver que nous pouvons faire un pas de plus vers l'avant."

"Je suis absolument convaincu que nous réussirons à faire ce pas décisif mardi soir", affirme pour sa part Vladimir Petkovic. Le sélectionneur a, assure-t-il, son onze de départ dans sa tête. Un onze dans lequel devrait figurer à la pointe de l'attaque Haris Seferovic. Comme à l'Euro, le joueur de l'Eintracht Francfort conserve la confiance du sélectionneur malgré les débuts réussis d'Eren Derdiyok sous le maillot de Galatasaray.

sda-ats

 Toute l'actu en bref