Tessa Worley a répondu présent


 Toute l'actu en bref

Elle était favorite, et elle a été à la hauteur de son statut: la Française Tessa Worley est devenue championne du monde du géant à St-Moritz, où Mélanie Meillard a été la meilleure Suissesse (13e).

Deux jours après sa victoire dans la compétition par équipes (Team Event), la Haut-Savoyarde a fait quasiment tout juste jeudi. Elle a pris la tête dès la manche initiale, puis parfaitement maîtrisé son affaire sur son second parcours. Cela lui a permis de devancer de 34 centièmes l'Américaine Mikaela Shiffrin, pour la première fois médaillée en géant. Le podium a été complété par l'Italienne Sofia Goggia.

Tessa Worley avait déjà été sacrée en géant, aux Mondiaux de Schladming en 2013. Entre ces deux titres, la Française a connu les affres de la blessure, fin 2013, avec la fameuse déchirure du ligament croisé au genou droit. Stoppée net, la skieuse aux racines australiennes a eu besoin de nombreux mois pour retrouver son meilleur niveau. Et ce n'est qu'en novembre dernier qu'elle était remontée sur un podium de Coupe du monde après trois ans de disette.

Revenue plus forte qu'avant sa blessure, Tessa Worley est devenue jeudi la cinquième skieuse à afficher deux titres de championne du monde du géant à son palmarès, imitant ainsi sa compatriote Marielle Goitschel, Deborah Compagnoni, Anja Pärson et Vreni Schneider. La Française va désormais se concentrer sur le globe de la discipline, qu'elle devrait logiquement rafler en fin de saison. Il lui restera alors à gagner l'an prochain aux JO, histoire de devenir définitivement l'une des plus grandes géantistes de l'histoire.

Côté suisse, et pour ses grands débuts aux championnats du monde, Mélanie Meillard s'est bien défendue avec sa 13e place. La Neuchâtelo-Valaisanne de 18 ans a limité la casse sur la manche matinale (21e), avant de se lâcher et de montrer l'ampleur de son talent lors du second parcours, dont elle a même signé le sixième chrono.

Cela lui a permis de remonter au classement, mais aussi de "booster" sa confiance avant le slalom de samedi. C'est en effet en slalom que l'espoir d'Hérémence abattra sa meilleure carte, dans une discipline qui lui a davantage souri que le géant cet hiver.

A l'inverse de Mélanie Meillard, Simone Wild a craqué sur la deuxième manche. Bluffante cinquième à mi-parcours, la Zurichoise n'a pas tenu le choc, rétrogradant au 14e rang final. Les nerfs de la skieuse de 23 ans, elle aussi néophyte aux Mondiaux, n'ont tout simplement pas tenu alors qu'un podium semblait encore jouable après la première manche.

ATS

 Toute l'actu en bref