Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Donald Trump a récemment qualifié les grands médias traditionnels d'"ennemis des Américains".

KEYSTONE/EPA BLOOMBERG POOL/OLIVIER DOULIERY / POOL

(sda-ats)

Donald Trump s'en est pris vendredi à la police fédérale américaine (FBI), incapable selon lui de démasquer les agents qui renseignent la presse au sein même de l'institution. Une initiative assez inhabituelle de la part d'un président.

Selon la presse américaine, le FBI a refusé d'accéder à une demande de la Maison-Blanche de démentir un certain nombre d'articles récents. Ceux-ci affirmaient que des membres de l'équipe du milliardaire républicain avaient été régulièrement en contact avec les agents des services de renseignements russes durant la campagne présidentielle.

"Le FBI est totalement incapable d'arrêter les 'fuiteurs' sur la sécurité nationale qui se sont répandus dans notre gouvernement depuis longtemps. Ils ne peuvent même pas trouver les fuiteurs à l'intérieur même du FBI. Des informations classifiées sont données aux médias, ce qui pourrait avoir un effet dévastateur sur les Etats-Unis. TROUVEZ MAINTENANT", a-t-il écrit dans deux tweets matinaux dont il est coutumier.

L'administration Trump est sur la défensive face à des accusations de liens inappropriés avec la Russie. Plusieurs enquêtes sont en cours à ce sujet, dont une au FBI.

Article du New York Times

Selon la chaîne de télévision CNN et l'agence de presse Associated Press, le secrétaire général de la Maison-Blanche, Reince Priebus, a demandé à Andrew McCabe, le directeur adjoint du FBI, de démentir un article paru dans le New York Times du 14 février selon lequel les conseillers de campagne du candidat Trump avaient eu à plusieurs reprises des contacts avec des responsables du renseignement russe.

Cette demande est intervenue après qu'Andrew McCabe eut dit en privé à Reince Priebus que l'article était faux, selon un haut responsable de l'administration Trump. Ce dernier a soutenu vendredi que le directeur du FBI James Comey avait lui aussi dit à Reince Priebus par la suite que l'article était faux.

Reince Priebus a alors demandé au FBI s'il pouvait faire corriger l'article, mais James Comey a dit que le Bureau ne pouvait pas faire de commentaire. Reince Priebus a demandé s'il pouvait dire que les responsables du renseignement lui avaient assuré que l'article était faux, et James Comey a répondu qu'il pouvait le dire, a déclaré le haut responsable.

Soupçons d'ingérence

Le FBI enquête sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine du 8 novembre dernier. Les agents du FBI étudient également de près les transactions financières effectuées par des individus ou des sociétés russes soupçonnés d'être en relation avec des associés de Trump.

"Il y a des investigations en cours et ces investigations doivent permettre de dire ce que faisait exactement la Russie aux Etats-Unis", a déclaré vendredi sur CNN le sénateur démocrate Ben Cardin, qui fait partie de la Commission des affaires étrangères du Sénat. "Nous avons besoin d'une enquête complète. Et nous ne voulons assurément pas que la Maison-Blanche essaie d'influencer l'enquête."

ATS