Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Depuis l'élection de Donald Trump, Justin Trudeau (d.) évite de s'engager sur le terrain d'une confrontation marquée avec son nouveau partenaire.

KEYSTONE/AP/PABLO MARTINEZ MONSIVAIS

(sda-ats)

Donald Trump a appelé lundi à un "ajustement" des relations commerciales avec le Canada. Il a également promis de construire de nouveaux "ponts" économiques entre les deux pays, au terme d'un entretien avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"Nous entretenons des relations commerciales exceptionnelles avec le Canada. Nous allons les ajuster. Nous ferons certaines choses qui bénéficieront à nos deux pays", a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse conjointe à la Maison Blanche avec M. Trudeau.

Justin Trudeau est le troisième dirigeant étranger à être reçu par le nouveau président républicain, après la Britannique Theresa May et le Japonais Shinzo Abe. "Nos deux pays sont plus forts quand nous unissons nos forces en matière de commerce international", a ajouté le président américain, saluant la perspective de "construire encore plus de ponts" commerciaux.

Ces propos semblent atténuer - tout au moins avec le Canada - la rhétorique anti-libre échange développée par le milliardaire républicain. Il a en effet promis de remettre en cause l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) - entre les Etats-unis, le Canada et le Mexique - qu'il considère comme une "catastrophe" pour les emplois américains.

"Le partenaire le plus important"

La situation avec la Canada "est beaucoup moins grave que ce qui se passe à la frontière sud" a lancé Donald Trump en parlant du Mexique. "A la frontière sud, depuis de nombreuses, nombreuses années, les échanges ne sont pas équitables pour les Etats-unis. Ce sont des échanges extrêmement injustes" a-t-il ajouté.

Les liens économiques entre les Etats-unis et son voisin du Nord, qui partagent la plus longue frontière commune du monde, sont profonds: les trois quarts des exportations du Canada vont aux États-Unis et le Canada est la première destination des exportations pour une trentaine d'États américains.

Les deux nations "resteront toujours le partenaire le plus important de l'autre", a souligné M. Trudeau. "Les discussions d'aujourd'hui ont contribué à renforcer l'importance (de ce lien) pour les Canadiens et les Américains", a-t-il ajouté.

Eviter une confrontation ouverte

Depuis l'élection de Donald Trump, Justin Trudeau, qui entretenait une relation étroite avec son prédécesseur Barack Obama, a évité de s'engager sur le terrain d'une confrontation marquée avec son nouveau partenaire.

Peu après que M. Trump a signé son décret interdisant provisoirement l'entrée sur le territoire des Etats-Unis de ressortissants de sept pays majoritairement musulmans, il a cependant annoncé sur Twitter que le Canada accueillera "ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre (...) indépendamment de (leur) foi". "La diversité fait notre force", a-t-il ajouté.

ATS