Tunnel du LEB: crédit de 45,8 millions demandé au Grand Conseil


 Toute l'actu en bref

Le gouvernement vaudois demande un crédit de 45,8 millions au Grand Conseil pour lancer rapidement la construction d'un tunnel pour le LEB sous l'avenue d'Echallens (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La mise en souterrain du LEB à Lausanne se précise. Le Conseil d'Etat demande au parlement d'accorder 45,8 millions pour lancer rapidement la construction d'un tunnel ferroviaire sous l'avenue d'Echallens. Le chantier devrait démarrer cet été et s'achever fin 2020.

Le tunnel intégralement à double voie achèvera la transformation du Lausanne-Echallens-Bercher (LEB) en RER moderne, a déclaré Nuria Gorrite, conseillère d'Etat en charge des infrastructures, vendredi devant la presse à Lausanne. Ce chemin de fer régional a connu une hausse vertigineuse du nombre de ses voyageurs depuis son prolongement au Flon en 2000, a-t-elle rappelé.

En seulement 15 ans la fréquentation s'est envolée de 142%. Elle a également été dopée par l'introduction de la cadence au quart d'heure jusqu'à Cheseaux en 2013, a souligné la ministre.

Anomalie historique

Continuer de développer le LEB implique de lui permettre d'entrer en ville en site propre. Le tunnel permettra de supprimer "l'anachronisme dangereux" d'un train perdu au milieu du trafic, partageant la chaussée avec les voitures, les bus et les piétons.

Car, malgré les mesures prises pour améliorer la sécurité, des accidents continuent de se produire à l'avenue d'Echallens. Y faire circuler huit trains par heure tient de l'exploit permanent, a relevé Mme Gorrite.

Molasse lausannoise

Le nouveau tracé comptera 1,7 km entre les gares d'Union-Prilly et de Lausanne-Chauderon. Il permettra d'accélérer la vitesse des trains et de diminuer les retards en cascade qui se produisent aujourd'hui. D'autant plus qu'une fréquence toutes les 10 minutes est prévue jusqu'à Echallens à l'horizon 2030 dans le cadre du projet d'agglomération Lausanne-Morges, a noté Mme Gorrite.

La construction sera menée depuis les deux futures extrémités du tunnel. Il sera creusé en profondeur, jusqu'à 30 mètres, dans la molasse lausannoise, a expliqué le chef de projet du tunnel Samuel Barbou.

Le parcours retenu évitera la zone géologiquement instable située sous le carrefour de Montétan. La suppression de la halte de Montétan sera compensée par une ligne de bus à haut niveau de service qui circulera sur l'avenue d'Echallens, a-t-il poursuivi.

Pont provisoire

Du côté de la gare de Prilly-Union, un pont provisoire d'environ 170 mètres sera construit pour permettre de maintenir le trafic routier et ferroviaire durant les trois années du chantier. Côté Lausanne, un puits d'accès sera creusé dans le parc de la Brouette pour permettre le percement du tunnel depuis Chauderon.

Les matériaux d'excavation du chantier seront évacués par voie souterraine jusqu'au tunnel reliant l'usine d'incinération Tridel au réseau CFF, ce qui permettra d'éviter le passage de 30 à 40 camions par jour.

Mesures de sécurité

Si les nuisances sont inévitables, les transports publics de la région lausannoise (tl), exploitants du LEB, vont s'efforcer de rendre les travaux discrets. Ils mettront un soin particulier à informer les voisins du chantier, les utilisateurs de l'avenue d'Echallens et les voyageurs.

Côté sécurité, la Ville de Lausanne prend de nouvelles mesures, dont des feux aux passages piétons de l'avenue d'Echallens, en attendant l'inauguration du tunnel, a indiqué la municipale Florence Germond, en charge de la mobilité.

Permis de construire

La construction du tunnel est devisée à 136 millions de francs. Plus des deux tiers ont été accordés par les Chambres fédérales dans le cadre du fonds d'infrastructure ferroviaire (FIF), a indiqué Mme Gorrite.

Pour la part cantonale, le Conseil d'Etat propose donc au Parlement d'accorder au projet un crédit d'investissement de 23,8 millions de francs et un prêt conditionnellement remboursable de 22 millions pour le LEB.

La décision d'approbation des plans par l'Office fédéral des transports, qui équivaut à un permis de construire, est attendue avant cet été. Sous réserve de recours en justice, les premiers travaux pourront commencer rapidement.

ATS

 Toute l'actu en bref