Toute l'actu en bref

La Commission a aussi autorisé la prolongation exceptionnelle pour six mois des contrôles aux frontières intérieures de cinq pays de l'espace Schengen (photo symbole).

/EPA MTI/ZOLTAN GERGELY KELEMEN

(sda-ats)

La Commission européenne a proposé mercredi d'exempter de visas les Turcs voyageant pour de courts séjours dans l'espace Schengen, sous certaines conditions. Cette décision intervient dans le cadre de l'accord avec la Turquie sur la gestion de la crise migratoire.

Dans un tweet, la commissaire européenne Margrethe Vestager a publié une photo affichant le document dans lequel l'exécutif européen officialise la mesure. Parmi une série de 72 critères à remplir pour rendre la mesure possible, Ankara doit encore en respecter cinq "d'ici à la fin juin", a ensuite expliqué lors d'une conférence de presse le vice-président de la Commission Frans Timmermans.

Le gouvernement turc avait fait monter la pression ces dernières semaines. Il menaçait de ne plus appliquer sa part de l'accord migratoire du 18 mars si la "promesse" européenne d'une exemption de visas n'était pas tenue.

Cet accord controversé prévoit que tous les nouveaux migrants arrivant sur les îles grecques soient renvoyés vers la Turquie, y compris les demandeurs d'asile. Selon M. Timmermans, l'accord a "clairement donné des résultats" puisqu'il y a désormais "moins de 100 arrivées par jour sur les îles grecques, au lieu de milliers à l'automne".

Parmi les critères encore à remplir, le vice-président de la Commission a cité une meilleure lutte des autorités turques contre la corruption, la négociation d'un accord avec Europol ou encore une révision de la législation turque sur le terrorisme.

La Suisse devrait suivre

Si l'exemption de visa pour les Turcs décidée mercredi se concrétise, la Suisse en fera probablement autant. Membre de l'espace Schengen, elle a déjà entériné toutes les abrogations de visa prises par l'UE. La Suisse disposera alors de 30 jours pour adapter ses bases légales ou informer l'Union européenne si elle accepte cette suppression.

Contrairement à l'UE, la Suisse n'a cependant pas encore conclu d'accord de réadmission avec la Turquie. Ce dernier garantit le renvoi des ressortissants turcs qui refusent de rentrer volontairement en Turquie à la fin de leur séjour européen.

Dans le cas d'une exemption, Berne insistera pour la conclusion d'un accord de réadmission, avait assuré la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga à la fin avril au Luxembourg. "Une requête a été déposée auprès de la Turquie, ainsi qu'auprès de la Commission européenne", avait-elle indiqué. Berne est actuellement en négociation avec Ankara.

Contrôles aux frontières prolongés

La Commission européenne a aussi autorisé la prolongation exceptionnelle pour six mois des contrôles aux frontières intérieures de cinq pays de l'espace Schengen. Cette mesure devra encore être soumise aux 28 Etats membres de l'UE.

Ces mesures dérogatoires à l'accord de libre-circulation de Schengen avaient été introduites l'an dernier face à la pression migratoire. Les pays concernés par la prolongation sont l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège, a précisé devant la presse le commissaire européen à la Migration, Dimitris Avramopoulos.

sda-ats

 Toute l'actu en bref