Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré le repli de près de moitié du bénéfice net d'UBS en 2016 à 3,3 milliards de francs, Sergio Ermotti, le patron d'UBS, ici à l'image, a jugé la performance solide, compte tenu de marchés très difficiles (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Evoluant dans des marchés jugés très difficiles, UBS affiche une performance en net repli à l'issue de l'année 2016. Le numéro un bancaire helvétique a dégagé un bénéfice net de 3,3 milliards de francs, 47% de moins qu'au regard de l'exercice précédent.

Le résultat comprend des provisions pour litiges, questions réglementaires et similaires d'un montant de 693 millions de francs ainsi que des charges de restructuration de 1,46 milliard, a précisé vendredi UBS. Le bénéfice avant impôts s'est inscrit à 4,2 milliards, contre 5,49 milliards en 2015.

Sur le seul 4e trimestre, le bénéfice net s'est également contracté, reculant d'une année à l'autre de 949 à 738 millions de francs. Entre octobre et fin décembre, UBS a passé des provisions pour litiges, questions réglementaires et similaires de 162 millions ainsi que des charges de restructuration de 372 millions.

A fin décembre, UBS a provisionné au total 3,16 milliards de francs en vue de régler ses litiges, contre 2,98 milliards trois mois plus tôt. "Malgré des conditions de marchés très difficiles en 2016, nous avons réalisé de solides résultats, grâce à notre mix d'activités, à notre répartition géographique équilibrée et l'accent soutenu que nous mettons dans l'exécution de notre stratégie", a commenté le patron d'UBS Sergio Ermotti, cité dans le communiqué.

ATS