Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un élu des Verts Liste Libre veut interdire les sonneries de cloches d'églises la nuit à Berne (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Ce que certains trouvent agréable et tranquillisant empêche d'autres de dormir: les cloches d'église. La question a déjà fait beaucoup parler d'elle dans la région de Berne. Un parlementaire communal va plus loin: il veut interdire les sonneries la nuit.

Marcel Wüthrich, élu des Verts Liste Libre, ne vise pas les Eglises, écrit-il sur sa page Facebook. Il s'agit beaucoup plus d'un engagement en faveur d'une meilleure qualité de vie.

Grâce à cette intervention parlementaire, le dossier se trouve maintenant là où il doit être: au niveau politique et non juridique. Par son texte, déposé la semaine passée, le parlementaire souhaite obtenir que les cloches des églises ne sonnent plus à Berne entre 22h00 et 07h00.

"Le problème est connu depuis longtemps. Malgré tout, on a peu agi jusqu'à présent. Si des riverains veulent s'y opposer, ils doivent compter avec de longues batailles juridiques", explique l'élu, cité dans la Schweiz am Sonntag. Il évoque l'exemple d'une église située dans le quartier de Länggasse: ce n'est qu'après des plaintes d'habitants que l'Inspectorat de police a décidé en 2011 de stopper la sonnerie nocturne des cloches.

Etude scientifique

Comme d'autres personnes dérangées par les cloches, Marcel Wüthrich se réfère à une étude de 2011 de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Celle-ci montre que les sonneries qui retentissent tous les quarts d'heure peuvent déjà perturber le sommeil à partir de 40 à 45 décibels.

Pour de nombreuses personnes, la sonnerie des cloches et une tradition appréciée. D'autres y voient en revanche une revendication de pouvoir des Eglises chrétiennes qui n'est plus appropriée dans une époque de plus en plus sécularisée.

"Le droit des gens au calme et au repos pèse davantage que la tradition. La sonnerie des cloches ne correspond pas à une tradition chrétienne mais servait à indiquer l'heure. Aujourd'hui, cela n'est plus d'aucune utilité pour personne", ajoute M. Wüthrich dans la Schweiz am Sonntag.

ATS