Un baleinier japonais pris sur le fait en Antarctique


 Toute l'actu en bref

Le Japon dit faire des recherches pour prouver que le nombre de baleines a suffisamment augmenté pour permettre une reprise de la chasse commerciale (archives).

KEYSTONE/EPA/JEREMY SUTTON-HIBBERT / HO

(sda-ats)

Un bateau-usine japonais, qui venait de tuer une baleine, a été pris sur le fait dans la partie australienne de l'Antarctique par l'association australienne Sea Sheperd, a annoncé dimanche celle-ci. La chasse à la baleine est interdite dans cette région du monde.

L'association a réussi à prendre des photos d'une baleine morte sur le pont du bateau, précisant qu'en les voyant arriver, l'équipage s'était empressé de déployer une bâche pour couvrir la baleine et les harpons. "Cela montre bien qu'ils savent que ce qu'ils font est interdit", a précisé un responsable de l'association, Wyanda Lublink, dans un communiqué.

Le navire se trouvait alors dans le Australian whale sanctuary, région des eaux australiennes où toute chasse à la baleine est interdite.

Un moratoire international en vigueur depuis 1986 interdit la chasse à la baleine. Les Japonais, qui ont signé le moratoire, ont constamment tenté de le contourner sous prétexte d'une pêche à visées scientifiques - laquelle est officiellement autorisée.

Chasse scientifique

En 2014, la Cour internationale de Justice a ordonné à Tokyo de cesser ses chasses à la baleine dans l'Antarctique, estimant que les permis délivrés par le gouvernement japonais aux baleiniers n'étaient "pas à visées scientifiques".

A la suite de cette décision, le Japon avait annulé la campagne de pêche de 2014-2015, mais a repris cette année en ayant diminué des deux tiers le nombre d'autorisations, et affirmant que cette fois la chasse est vraiment scientifique.

En fait, le Japon dit faire des recherches pour prouver que le nombre de baleines a suffisamment augmenté pour permettre une reprise de la chasse commerciale. Mais il est connu que la viande des baleines ainsi pêchées termine sur les meilleures tables japonaises.

Personne n'a pu être joint à l'Agence japonaise de la Pêche pour un commentaire.

ATS

 Toute l'actu en bref