Toute l'actu en bref

Dans la Vallée de Tourtemagne (VS) le 20 juillet, la présence de quatre chiens de protection des troupeaux et d'un berger n'a pas empêché le loup de sortir les crocs (archives).

KEYSTONE/APA/FRANZISKA KRAUFMANN

(sda-ats)

Sale temps pour les loups en Suisse. Pour avoir tué une cinquantaine de moutons dans le canton d'Uri, l'un d'eux a été abattu dans la nuit de mercredi à jeudi. Un autre loup voit ses jours comptés en Valais, après que les autorités ont étendu le périmètre de tir.

Le loup qui a tué une cinquantaine de moutons au cours des deux derniers mois dans le canton d'Uri a été abattu par une garde-chasse près d'Attinghausen (UR), a indiqué jeudi le département cantonal de police. Le cadavre de l'animal a été envoyé à l'Université de Berne pour y être autopsié.

Ce loup remplissait les conditions de tir. A la mi-juillet, il avait dévoré une vingtaine de moutons en trois semaines. L'autorisation était valable pour deux mois pour les dix gardes-chasses du canton, ainsi que des chasseurs désignés par les autorités.

Par pure coïncidence, on apprenait mercredi qu'un deuxième loup avait été repéré à l'autre extrémité du canton. Un mouton a été dévoré mardi dans le val Maderan, sur la commune de Bristen (UR). C'est pour l'heure le seul dégât connu commis par ce prédateur qui ne remplit donc pas les conditions de tir.

Tel n'est pas le cas d'un autre loup, actif dans le Haut-Valais, lui. A l'image de celui abattu dans le canton d'Uri, il a déjà tué plus d'une cinquantaine de moutons et de chèvres et fait donc l'objet d'une autorisation de tir depuis le 14 juin.

Ses premières victimes étaient tombées entre le 6 avril et le 3 juin, sur des pâturages de printemps. Or le 20 juillet, il a encore tué cinq moutons dans la région d'Augstbord (VS), sur l'alpage de la Vallée de Tourtemagne, pourtant protégé par quatre chiens de protection des troupeaux et un berger.

L'extension du périmètre de tir des surfaces agricoles aux alpages occupés "est par conséquent nécessaire afin d'éviter dans la mesure du possible davantage de dégâts", souligne Jacques Melly, président du gouvernement valaisan.

21 loups tués en près de 20 ans

Depuis 1998 et le retour du loup en Suisse, 21 bêtes ont été tuées. Neuf d'entre elles l'ont été à la suite d'une autorisation de tir, dont sept en Valais, une aux Grisons et la dernière en date à Uri. Six loups sont morts consécutivement à des accidents, en particulier de la route, a dit à l'ats Roland Schuler, porte-parole de Pro Natura.

Pour un animal, on peut aussi parler d'accident, même s'il est tombé sous les balles d'un chasseur. Ce dernier s'est dénoncé, arguant d'une confusion. Par ailleurs un loup a été trouvé mort sans qu'on puisse en connaître la cause. Et enfin quatre de ces prédateurs ont été abattus illégalement, a précisé le porte-parole.

sda-ats

 Toute l'actu en bref