Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La foule réunie à Sion observe une minute de silence.

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Un millier de personnes a occupé pacifiquement la place du Scex à Sion samedi à 15h00. La foule a répondu a l'appel d'un enseignant valaisan, dégoûté par des affiches UDC portées par Oskar Freysinger et ses colistiers à l'élection du gouvernement valaisan.

Salué, félicité, encouragé, Yannick Délitroz est visiblement ému, et n'en croit pas ses yeux: un millier de personnes ont répondu à son "Appel du 18 février". "Je suis beaucoup plus que satisfait. C'est incroyable! vous avez vu ce monde", a commenté l'enseignant à l'issue de la manifestation.

Cette dernière s'est déroulée sans heurt, sans banderole ni discours. Le rassemblement a débuté par de longs applaudissements nourris pour Yannick Délitroz. Puis, après un bref compte à rebours, la foule bigarrée s'est tue durant une minute, avant d'entonner l'hymne valaisan et le cantique suisse.

"Honte à vous"

"Le Valais ne veut plus de politique discriminatoire, il veut aller de l'avant avec tout le monde". C'est le message que transmet sans relâche l'enseignant depuis qu'il a lancé son appel sur son blog, fin janvier dernier.

Dans un texte intitulé "Honte à vous, Messieurs", qui a vite fait le tour des réseaux sociaux, il fustigeait une affiche UDC de la campagne "Le Valais d'abord", qui "fait croire que la misère humaine de chez nous serait moins misérable si le Valais ne s'occupait pas de la misère humaine réfugiée".

L'enseignant y interpellait notamment Oskar Freysinger en tant que chef du Département valaisan de la formation: "Si c'est le message que l'école valaisanne doit transmettre, je me mets officiellement en rébellion", écrivait-il.

Pour le Valais

Si Yannick Délitroz ne revendiquait pas samedi une "manif anti-Freysinger", mais un rassemblement pour le Valais, d'autres personnes étaient clairement là pour ça: "Je manifeste contre les excès du chef du Département de la formation et contre le double langage de l'UDC qui tout à la fois coupe dans l'aide sociale et en dénonce les conséquences", a indiqué à l'ats un manifestant venu sur la place du Scex avec son épouse.

"Nous sommes venues pour exprimer notre ras-le-bol de la politique valaisanne, et en particulier de celle de Monsieur Freysinger. Nous avons parfois honte et nous voulons donner une image ouverte et accueillante du Valais", confient pour leur part deux autres participantes, toutes deux enseignantes dans le canton.

ATS