Un thon rouge à 648'000 francs à la première criée 2017


 Toute l'actu en bref

Pour la sixième année de suite, c'est l'imposant patron de la chaîne de restaurants Sushizanmai, Kiyoshi Kimura, qui a remporté la mise.

KEYSTONE/EPA/FRANCK ROBICHON

(sda-ats)

L'année s'est ouverte avec faste au marché aux poissons de Tsukiji à Tokyo. Le premier thon rouge de la criée de 2017 a été adjugé à 74,20 millions de yens (648'000 francs), le deuxième plus haut prix depuis le record de 2013.

Pour la sixième année de suite, c'est l'imposant patron de la chaîne de restaurants Sushizanmai, Kiyoshi Kimura, qui a remporté la mise. "C'est cher", a réagi l'intéressé devant les caméras de télévision et quand on lui rappelle qu'il avait dit l'an passé "c'est la dernière fois", il rétorque "eh bien je ne le dirai plus".

Au prix payé pour ce thon de 212 kg, un sushi constitué avec une lamelle du ventre gras appelé "otoro" devrait être vendu 10'000 yens (86 francs), mais les 51 restaurants Sushizanmai le maintiendront au même tarif que d'habitude, soit 3,70 francs. Dans les établissements haut de gamme de Tokyo, un tel mets peut valoir jusqu'à plus de 3000 yens (26 francs).

La vente aux enchères de ce jour est peut-être la dernière du Nouvel an à Tsukiji, marché historique du coeur de la capitale. Après plus de 80 ans d'histoire et maintes péripéties, il doit être déplacé, en fin d'année au plus tôt, plus loin dans la baie de Tokyo.

Vieillissant, non conforme aux normes parasismiques, Tsukiji aurait dû déménager en novembre 2016. Des avaries ont été découvertes au dernier moment sur le site d'accueil, à Toyosu, ce qui a reporté une énième fois cette opération très controversée décidée il y a plusieurs décennies.

Les quotidiennes ventes aux enchères de thon de Tsukiji font la réputation de ce haut lieu qui accueille plus de 40.000 personnes par jour, dont les meilleurs chefs-cuisiniers de Tokyo.

Les premières criées de thon rouge de l'année sont un rituel très médiatisé. Le montant de 74,20 millions de yens déboursé cette année est cinq fois supérieur à celui de l'an dernier, qui était lui-même le triple de celui de 2015. Comme chaque année, le thon vendu jeudi a été pêché au large de la ville d'Oma, dans la préfecture d'Aomori (nord).

Cela reste cependant bien en-deçà du record de 2013: 155,4 millions de yens (1,35 million de francs au cours actuel). C'est le même Kiyoshi Kimura qui avait déboursé cette somme astronomique dans le but avoué de ne pas laisser, comme en 2011, 2010 et 2009, le poisson partir dans les cuisines d'un restaurateur de Hong Kong.

Les Japonais ont un appétit insatiable pour le thon rouge (hon-maguro), une espèce surpêchée et considérée comme en danger par les écologistes. Ils dégustent cette chair essentiellement crue, sous forme de sushi (fine tranche sur du riz vinaigré) ou sashimi (fine tranche seule).

Kazue Komatsubara, une porte-parole de Greenpeace au Japon, a refusé de commenter cette vente aux enchères en particulier mais a appelé à la vigilance. "Présenter au client un volume énorme de thon risque de faire oublier que c'est en réalité une espèce en danger", a-t-elle dit.

ATS

 Toute l'actu en bref