Toute l'actu en bref

Basée sur le concept de "criticité architecturale" des surfaces urbaines, la méthode prend en compte les contraintes architecturales - comme les centres historiques - lors de la pose de panneaux solaires (photo symbolique).

Keystone/URS FLUEELER

(sda-ats)

Comment évaluer l'impact esthétique des installations solaires sur les toits? Des chercheurs de l'EPFL ont développé une méthode permettant de fixer des critères "objectifs" d'acceptabilité en fonction de l'emplacement.

Ils ont été distingués en Suède par le Prix de l'innovateur de l'année. Des villes romandes pourraient utiliser leur technique dès 2017, écrit mardi l'EPFL dans un communiqué. "Nous souhaitons montrer que l'intégration du solaire est possible, même dans les environnements délicats, pour autant que les efforts suffisants soient faits en termes de design et de coût".

Considérant qu'une intégration de mauvaise qualité peut décourager les utilisateurs potentiels de l'énergie solaire, l'école polytechnique fait valoir que des installations bien intégrées peuvent inciter à la production.

Criticité architecturale

Maria Cristina Munari Probst, architecte au Laboratoire d'énergie solaire et physique du bâtiment, a mis au point avec l'ingénieur Christian Roecker une méthode "simple d'utilisation" surtout destinée aux autorités responsables de la planification des installations solaires.

Basée sur le concept de "criticité architecturale" des surfaces urbaines, elle prend en compte les contraintes architecturales - comme les centres historiques - lors de la pose de panneaux solaires. Le degré d'acceptabilité est évalué en fonction de leur visibilité et de la sensibilité du contexte urbain.

"Plus la criticité d'une surface est haute, à l'exemple d'une façade d'un bâtiment historique très visible depuis l'espace public, plus on demandera une haute qualité d'intégration des panneaux solaires et donc un travail soigné", explique l'architecte, citée dans le communiqué.

Critères objectifs

Si la perception esthétique est souvent considérée comme subjective, admettent les auteurs du projet, leurs études "ont confirmé l'existence de critères clairs permettant d'établir la qualité architecturale d'une intégration". Un logiciel est proposé pour aider les autorités à fixer des exigences de qualité.

Une carte de la criticité architecturale des surfaces urbaines, répertoriant les plus visibles et les plus sensibles, a aussi été développée: en la superposant à une carte d'irradiation solaire, qui indique les surfaces les plus ensoleillées, "il devient plus aisé pour les autorités de fixer des priorités d'intervention et de planifier des subsides intelligemment", précise le communiqué.

sda-ats

 Toute l'actu en bref