Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le territoire des Tohono O'Odham est divisé par 120 kilomètres de frontière, une simple clôture. Un permis spécia permet aux 30'000 membres de cette communauté de passer du Mexique aux Etats-Unis librement (archives).

KEYSTONE/AP/MATT YORK

(sda-ats)

Une tribu du nord du Mexique va déposer plainte contre le projet de mur frontalier de Trump avec l'appui du gouvernement mexicain, a-t-on appris vendredi. Son territoire s'étend par-delà la frontière avec les Etats-Unis.

"Un mur dans un désert ne fera qu'affaiblir notre culture déjà fragmentée" a dénoncé Alicia Chuhuhua, une responsable de la tribu Tohono O'Odham dans un communiqué. Elle a indiqué qu'une plainte auprès de la Cour interaméricaine des droits de l'Homme sera déposée.

"On ne peut pas permettre que se produise une violation" des droits de cette ethnie a commenté de son côté à l'AFP Jaime Martinez, chargé du dialogue avec les peuples indigènes auprès du gouvernement mexicain. Ce dernier appuiera cette plainte qui devrait être déposée en avril.

Le territoire des Tohono O'Odham a été divisé en 1848 lorsque la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis a été dessinée. Néanmoins, les 30'000 membres de cette communauté vivant entre l'Etat de Sonora au nord du Mexique et l'Etat d'Arizona (Etats-Unis), possèdent un permis spécial leur permettant de franchir librement les 120 kilomètres de frontière qui traverse leur territoire. Dans cette zone, la frontière est délimitée par une simple clôture.

Libre circulation

Le projet de mur anti-migrants que le président américain veut faire payer par le Mexique a déclenché la pire crise diplomatique entre les deux pays depuis des décennies. L'ouvrage menace également la vie culturelle et familiale des Tohono O'Odham.

La tribu veut déposer plainte pour empêcher la construction "de cette barrière physique qu'on veut construire chez nous" explique Mme Chuhuhua. M. Martinez assure que la plainte s'appuiera sur les accords existants portant sur les tribus indigènes des Etats-Unis signés devant l'ONU et l'Organisation des Etats Américains (OEA).

Ces textes stipulent que les tribus séparées par une frontière internationale "ne peuvent être, en aucune façon, divisées ni empêchées de circuler librement" souligne-t-il.

Si malgré une recommandation de la Cour interaméricaine des droits de l'homme, le président américain s'obstine à construire le mur, "je pense que le scandale va être plus grand que celui du mur de Berlin, parce que là-bas il n'y avait pas les instruments juridiques que nous avons ici", prévient ce responsable.

Avocats en nombre

Donald Trump va demander pour son premier budget 2,6 milliards de dollars au Congrès américain pour "la planification, l'élaboration et la construction" du mur frontalier. Il veut aussi recruter une vingtaine d'avocats pour obtenir les terres sur lesquelles sera bâti l'ouvrage polémique.

ATS