Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A cause de l'inversion thermique, les polluants stagnent à proximité du sol (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

Les villes suisses ont vu la concentration de particules fines augmenter ces dernières semaines à cause du froid. Il n'y a cependant aucun danger pour la population. La situation va s'améliorer grâce au léger redoux dès ce week-end.

Ces derniers temps, on constate une hausse de la concentration de particules fines en raison des températures très froides, affirme vendredi à l'ats Richard Ballaman, chef de la section qualité de l'air à l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Qui dit grand froid, dit chauffage intensif, notamment au bois. Les véhicules ont en outre besoin de plus de temps pour démarrer, ce qui augmente les émissions.

Sans oublier la période prolongée de sécheresse qui accentue le phénomène, car les particules ne peuvent pas se diluer dans l'air. Enfin, le sel qui s'accumule sur les routes contribue à la pollution atmosphérique.

Cerise sur le gâteau: l'inversion thermique, c'est-à-dire du brouillard en plaine et du beau en altitude, fait que l'air stagne à proximité du sol. Plusieurs facteurs jouent en défaveur de la qualité de l'air, résume l'expert.

Limite dépassée

Avec entre 50 et 70 microgrammes par m3, certaines régions présentent des valeurs un peu supérieures à la norme, qui est de 50 microgrammes, comme Zurich et l'Argovie. Mais ce n'est pas inhabituel en hiver, tient à souligner Richard Ballaman.

La situation était bien plus préoccupante en 2006, avec des valeurs nettement plus élevées. La population ne doit pas s'inquiéter, mais il n'est pas exclu que l'une ou l'autre personne puisse y réagir, ajoute-t-il.

Rien à voir non plus avec la situation en France, où les autorités ont dû prendre des mesures. Plusieurs régions de l'Hexagone à l'Est comme à l'Ouest, dont l'Ile-de-France, connaissent un pic de pollution depuis plusieurs jours.

Ces dépassements de seuils d'alerte ont déclenché l'obligation de réduire la vitesse sur les routes de 20 km/h, l'interdiction de brûler des déchets verts et d'allumer des feux de cheminées d'appoint ou d'agrément.

Redoux bienvenu

En Suisse, la situation est déjà en train de s'améliorer, le soleil ayant pu percer. "Les concentrations étaient plus importantes hier (ndlr, jeudi)", précise Richard Ballaman. Le léger redoux annoncé à partir de ce week-end permettra à la population de mieux respirer.

ATS