Toute l'actu en bref

Un marchand attend des clients avec ses chiens au marché de Yulin, très fréquenté.

KEYSTONE/EPA/WU HONG

(sda-ats)

Le plus célèbre festival de viande de chien de Chine s'est ouvert mardi en présence de nombreux visiteurs, ont affirmé des militants d'ONG présents sur place. L'événement suscite un tollé à l'international en raison des cruautés envers les canidés.

Plus de 10'000 chiens sont abattus pendant cette fête annuelle, dans des conditions décrites comme cruelles par les groupes de défense des animaux. Des chiens sont victimes de violences, voire bouillis vivants.

"Le marché de la viande de chien de Dongkou est bondé", a déclaré Peter Li, spécialiste Chine de l'ONG Humane Society International (HSI), dont le siège est aux Etats-Unis. Les forces de l'ordre ont renforcé leur présence afin d'empêcher toute échauffourée entre bouchers et militants, a poursuivi M. Li.

"Des policiers en civil sont présents partout. Ils surveillent les personnes venues de l'extérieur de la ville, Chinois comme étrangers", selon M. Li. Le militant a assuré qu'un vendeur de viande canine avait brandi un couteau en direction de journalistes à la veille du festival.

Extrémisme culturel

L'événement organisé pour le solstice d'été se déroule comme prévu, malgré la remise au président chinois Xi Jinping par HSI d'une pétition signée par 11 millions de personnes et demandant l'arrêt du festival. Des médias d'Etat chinois ont défendu la fête. Un éditorial du journal Global Times a qualifié les actions des militants étrangers d'une forme d'"extrémisme culturel".

"A présent, les Occidentaux exigent des non-Occidentaux qu'ils modifient leurs habitudes alimentaires, car ils estiment que leurs cultures et leurs sensibilités méritent davantage de respect que celles des autres", estimait-il la semaine dernière.

La viande canine est consommée toute l'année à Yulin, comme dans plusieurs autres régions du sud de la Chine, sans susciter les mêmes réprobations internationales.

Par fierté locale

Pour certains habitants, ces protestations sont contreproductives et conduisent les gens à manger davantage de chien en signe de défiance. D'après des militants, le nombre des vendeurs de viande canine à Yulin est cependant inférieur à celui des années passées.

"Deux groupes de gens mangent du chien. Les premiers aiment vraiment la viande canine. Les autres sont plus politiques" et consomment des canidés par fierté locale et pour contrarier les militants, explique Peter Li.

Selon lui, les autorités ont installé des barrages routiers sur l'autoroute menant à Yulin afin d'éviter l'introduction dans la ville de chiens volés ou non-enregistrés. "Nous ne savons cependant pas si c'est une mesure permanente ou juste de la poudre aux yeux."

sda-ats

 Toute l'actu en bref