Wall Street finit sans tendance une séance terne

 Toute l'actu en bref

La Bourse de New York a fini sans tendance (archives).

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

Wall Street a terminé sans tendance une séance terne et manquant d'élan, les investisseurs restant attentifs aux déclarations des responsables de la Réserve fédérale (Fed) et aux développements politiques. Le Dow Jones a perdu 0,04% mais le Nasdaq a pris 0,01%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 8,76 points à 20'905,86 points alors que le Nasdaq, à dominante technologique, a avancé de 0,53 point à 5.901,53 points. L'indice élargi S&P 500 a lâché 4,78 points, soit 0,20%, à 2373,47 points.

"On n'a pas bougé", a commenté Chris Low, de FTN Financial. "Tout le monde a regardé la déposition de (James) Comey et réfléchit à ce que cela peut bien vouloir signifier."

Le directeur du FBI a infligé lundi un double revers politique à Donald Trump en confirmant enquêter sur une possible collusion avec la Russie pendant la campagne électorale, et en battant en brèche les accusations de mise sur écoute de la Trump Tower par Barack Obama.

Mais sur le plan de la présidence de M. Trump, "ce qui compte vraiment c'est l'ampleur, l'échéance et la forme que prendront les baisses d'impôts qu'il proposera en mai", a pour sa part estimé Ian Shepherdson de Pantheon dans une note.

Autres interventions sur lesquelles les investisseurs ont gardé un oeil, celles des responsables de la Fed, qui vont s'étaler sur toute la semaine après la hausse sans surprise des taux mercredi.

Pour l'avenir, la Fed "n'a pas eu l'air plus encline au resserrement monétaire (...) et je pense que c'est ce que l'on voit avec ses responsables pour l'instant", a commenté Art Hogan de Wunderlich Securities, jugeant par ailleurs le marché "attentiste" en l'absence d'indicateurs économiques américains en ce début de semaine.

Le pétrole, qui a une nouvelle fois baissé lundi et a déjà perdu 11% depuis le début du mois de mars, "pèse également sur le marché" a ajouté Chris Low, notant l'impact particulier que cela avait eu sur le secteur pétrolier et gazier.

Les marchés ont également cherché à évaluer les éventuelles conséquences du sommet du G20 ce week-end au cours duquel les ministres des Finances n'ont, sous la pression des Etats-Unis, pas réaffirmé leur traditionnelle opposition au protectionnisme dans leur communiqué final.

ATS

 Toute l'actu en bref