Washington prend de nouvelles sanctions contre Téhéran


 Toute l'actu en bref

Donald Trump a déclaré jeudi que "rien n'était exclu" à propos de l'Iran.

KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS

(sda-ats)

Le Trésor américain a annoncé vendredi de nouvelles sanctions contre l'Iran. Elles touchent treize individus et douze "entités", dont certaines basées en Chine, aux Emirats arabes unis et au Liban.

La prise de ces sanctions, que le Trésor annonce dans un communiqué sur son site internet, fait suite à un tir de missile balistique effectué par l'Iran dimanche dernier. Les personnes et entités visées sont soupçonnées d'avoir apporté un soutien logistique aux missiles balistiques iraniens, selon le département.

"Le soutien continu de l'Iran au terrorisme et le développement de son programme de missiles balistiques fait peser une menace sur la région, sur nos partenaires dans le monde et sur les Etats-Unis", a affirmé John Smith, directeur par intérim de l'unité en charge des sanctions financières (Ofac).

Jeudi, des sources proches du dossier indiquaient que les nouvelles sanctions ne violeraient par l'accord sur le nucléaire conclu en juillet 2015 entre les grandes puissances et Téhéran.

Donald Trump a déclaré le même jour que "rien n'était exclu" à propos de l'Iran, marquant un changement de ton majeur envers la République islamique par rapport à la précédente administration démocrate de Barack Obama.

Iran "pacifique"

L'Iran "ne déclenchera jamais une guerre", a affirmé de son côté vendredi dans un tweet le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, alors que les tensions ne cessent de s'accroître entre son pays et les Etats-Unis.

"Nous n'utiliserons jamais nos armes contre personne, sauf pour nous défendre. Voyons si ceux qui se plaignent (de l'Iran) peuvent dire la même chose", a-t-il écrit dans un autre tweet.

Ces remarques du chef de la diplomatie iranienne semblent répondre à un autre tweet du président américain Donald Trump affirmant: "L'Iran joue avec le feu - ils ne se rendent pas compte de combien le président Obama était 'gentil' avec eux. Pas moi!".

Visas refusés

Téhéran avait auparavant dénoncé des menaces "sans fondement, répétitives et provocatrices" concernant la "mise en garde" de l'administration américaine sur le rôle "déstabilisateur" de l'Iran après son tir de missile balistique.

Vendredi, le gouvernement iranien a refusé d'accorder des visas à une équipe de lutte des Etats-Unis qui devait participer à une compétition mondiale les 16 et 17 février, à la suite du décret anti-musulman signé il y a une semaine par Donald Trump.

Ce texte interdit l'entrée sur le territoire américain aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane, dont l'Iran, et à tous les réfugiés. En réponse, l'Iran a décidé d'appliquer la réciprocité en refusant d'accorder des visas aux ressortissants américains.

ATS

 Toute l'actu en bref