Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Travail de mémoire La Suisse face à l’extermination des juifs d’Europe

C’est le 27 janvier 1945 que les camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz furent libérés par l’Armée rouge. Depuis le début des années 2000, l’ONU a marqué cette date pour la Journée internationaleLien externe dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. L’occasion de revenir sur l’attitude trouble du Conseil fédéral à l’égard des juifs cherchant refuge en Suisse. 

Après la DeuxièmeLien externe guerre mondiale, les banques suisses ont refusé de divulguer les détails des comptes inactifs détenus par les victimes de l'Holocauste. Et ce pour préserver le secret bancaire. Une attitude qui a fini par déclencher un scandale international durant les années 90.

Pour y répondre, Berne a notamment institué une commissionLien externe indépendante d'experts, dirigée par l'historien Jean-François Bergier chargée d'enquêter sur des aspects spécifiques du comportement de la Suisse en temps de guerre. Les travaux ont commencé en 1996 et ont duré cinq ans.

La commission a conclu que les autorités suisses «avaient aidé le régime nazi à atteindre ses objectifs» en décidant de fermer les frontières du pays à des milliers de réfugiés juifs, les renvoyant le plus souvent à la mort. Pendant la guerre, quelque 300’000 personnes ont franchi les frontières des pays occupés par les nazis. Parmi les réfugiés civils, environ 30’000 étaient juifs. Cependant, on estime qu'environ 24’500 civils, principalement des juifs, ont été refoulés.

La commission a relativisé la théorie selon laquelle les actions du gouvernement contre les réfugiés étaient dictées par l'isolement du pays au milieu d’une Europe occupée par les nazis. En 1942, les autorités suisses ont définitivement fermé leurs frontières aux réfugiés «uniquement pour des raisons raciales», a constaté le rapport.

Le gouvernement suisse a accueilli favorablement le rapport et, en 1999, a réitéré ses excuses officielles présentées une première fois en 1995.

En 1998, les banques suisses UBS et Credit Suisse ont conclu un accord avec le Congrès juif mondial dans le cadre d'une action en justice intentée en 1995 à New York. Les banques ont accepté de verser 1,25 milliard de dollars aux victimes de l'Holocauste ou à leurs héritiers.

Cette année, l’ONU a placé la Journée commémorative de l'Holocauste sous le thème «Eduquer pour un avenir meilleur». Une préoccupation à laquelle la Suisse a fortement contribué en présidantLien externe en 2017 l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA). 

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!