Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Travailler en Suisse Le nombre de frontaliers bat des records depuis le début de l’année

Des voitures à une frontière

Le Tessin compte plus de 67'800 frontaliers, le canton de Genève 85'100 et Bâle-Ville 33'700.

(Keystone / Karl Mathis)

Le marché du travail suisse s’ouvre toujours davantage vers les pays voisins. Le nombre de frontaliers dépasse les 325'000 personnes cette année, un record. La hausse est particulièrement marquée au Tessin et à Genève.

dossiers

Mobilité des travailleurs Les frontaliers, migrants du quotidien

swissinfo.ch part à la rencontre des personnes qui traversent chaque jour la frontière pour aller travailler dans différentes régions de Suisse. 

Après avoir quelque peu fléchi en 2018, le nombre de frontaliersLien externe travaillant en Suisse a pris l’ascenseur cette année. 325'291 personnes traversaient chaque jour la frontière au troisième trimestre 2019, un record historique. Le précédent pic date de 2017 avec 316'491 frontaliers enregistrés. La conjonctureLien externe plutôt favorable en Suisse ces dernières années ainsi que la situation détendue sur le marché de l’emploiLien externe peuvent en partie expliquer cette tendance.

L’augmentation concerne avant tout les travailleurs en provenance de France (+7166 en une année) et ceux en provenance d’Italie (+5551). La main d’œuvre venant d’Allemagne a tendance à stagner (+25). 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces différences, estime Giovanni Ferro LuzziLien externe, professeur d’économie à l’Université de Genève et à la Haute école de gestion: «Je pense que la situation sur le marché du travail est meilleure en Allemagne qu’en France ou en Italie, que l’on regarde le taux de chômage ou les rémunérations relatives». 

Le marché du travail y est peut-être aussi plus flexible, avance le professeur, avec moins de contraintes associées aux contrats à durée indéterminée. Et le pouvoir d’achat y est plus élevé. «Passer du temps dans les transports pour traverser la frontière paraît donc moins attractif pour des travailleurs allemands que pour des travailleurs italiens ou français», souligne Giovanni Ferro Luzzi.

Graphique 1

graphique

Le Tessin accueille la majorité de ces nouveaux frontaliers (+4944), suivi de Genève (+3971) et du canton de Vaud (+1481). La situation reste stable à Zurich et le nombre de frontaliers a même tendance à légèrement diminuer dans la région de Bâle. «Le bassin de recrutement est relativement limité au Tessin et à Genève, relève Giovanni Ferro Luzzi. Quand la conjoncture est bonne, ces régions s’ouvrent logiquement vers l’Italie et la France.» 

L’accès au logement peut également jouer un rôle: il est plus facile et moins cher de s’installer en Suisse alémanique qu’à Genève. «Les conditions d’habitation sont bien meilleures dans la région genevoise juste de l’autre côté de la frontière», ajoute le professeur d’économie.

graphique 2

graphique

Les perspectives sur le marché de l’emploi helvétique sont plutôt sombres, selon la dernière enquêteLien externe du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Les appréciations et les attentes des entreprises actives dans l’industrie se sont fortement détériorées, mais l’optimisme reste de mise dans le secteur du bâtiment, des banques et des autres services. Globalement, il semblerait que le fléchissement de l’économie mondiale commence à affecter la conjoncture suisseLien externe. L’avenir nous dira si cette baisse de croissance aura un impact sur l’évolution du nombre de frontaliers.


Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.