Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ trois quarts des Suisses considèrent comme important de rédiger un testament, révèle un sondage. Mais pour le moment, seul un quart des personnes interrogées l'ont fait (image d'illustration).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Environ trois quarts des Suisses considèrent comme important de rédiger un testament, révèle un sondage. Mais pour le moment, seul un quart des personnes interrogées l'ont fait.

Chaque année en Suisse, quelque 70 milliards de francs sont légués. L'organisation à but non lucratif MyHappyEnd a publié mercredi un sondage à ce sujet, en vue de la Journée internationale du testament de jeudi.

Les sondés sont 36% à considérer comme très important de faire un testament et 38% comme assez important. Mais seules 26% des personnes interrogées en ont déjà rédigé un.

Pas de testament pour une personne sur cinq

Les sondés sont 16% à prévoir de faire un testament dans un avenir prévisible et 34% le feront "un jour". Un cinquième des gens veulent en revanche y renoncer.

A la question de savoir pourquoi ils veulent rédiger un testament, 58% des personnes ont invoqué la sécurité de leurs partenaires et enfants ainsi que d'autres membres de leur famille. Pour 32% des sondés, la rédaction d'un testament va de soi et 30% estiment important de savoir ce qu'il va advenir de leur héritage. Enfin, 28% des personnes veulent de cette manière éviter des disputes liées à l'héritage.

Seuls trois pour cent ont déclaré vouloir "faire le bien" au moment de penser à leur succession, en mentionnant des organisations caritatives en plus de leur propre famille. Près de 70% des personnes interrogées savent que le droit suisse des successions prévoit explicitement cette possibilité. Ainsi, 39% pourraient imaginer le faire.

Au nom de plus de 20 organisations caritatives, l’association MyHappyEnd a pour objectif de parler ouvertement de sujets tabous tels que la mort et l’héritage. En laissant la personne libre de déterminer ce qu'elle veut faire d'une partie de son héritage, le législateur lui permet de soutenir une cause si elle le souhaite. souligne l'organisation.

L’enquête en ligne a été réalisée par l’Institut Demoscope pour le compte de MyHappyEnd. Entre le 20 juillet et le 6 août, 1067 personnes, âgées de 45 ans et plus, originaires de Suisse alémanique et romande, ont été interrogées.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS