Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un autre regard Traditions suisses dans l’objectif d’un réfugié sri-lankais

Sasi Subramaniam, réfugié du Sri Lanka, a consacré son travail de diplôme en photographie aux traditions suisses. Pour son projet, il a visité 16 fêtes populaires et folkloriques de son pays d’adoption.

Avant d’être oblige de fuir le Sri Lanka en 2008, Sasi SubramaniamLien externe était reporter de guerre dans son pays. A son arrivée en Suisse, les autorités l’ont envoyé avec sa femme dans le canton de Glaris, où il vit et travaille aujourd’hui.

«Je ne m’étais jamais intéressé à la culture et aux rites populaires, explique-t-il à swissinfo. Je ne connais même pas les traditions de mon peuple. J’étais obsédé par la politique».

En 2010, il est engagé par une maison d’édition pour les photos d’un livre sur les traditions de Glaris. A ce moment, il avait déjà collaboré avec les journaux régionaux. Ce travail lui fait réaliser à quel point il aime observer les gens et leurs rituels avec son appareil.

«Ça m’a aidé à soulager la douleur qui brûlait dans ma poitrine et m’a donné accès à ce monde étrange», dit-il.

Dans ses photos, il ne se concentre pas juste sur les traditions et les coutumes. Sasi Subramaniam accorde aussi une attention particulière aux petits détails, capturés juste au bon moment, quand la composition, l’expression du visage et la lumière sont en harmonie. «Ce que j’aime le plus, ce sont les enfants, qui prennent ces fêtes folkloriques très au sérieux et y participent avec beaucoup d’enthousiasme», ajoute le photographe.