Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Un nouveau venu dans les sondages SSR




 Autre langue: 1  Langues: 1
Désormais, les sondages en vue des élections se dérouleront directement en ligne. (Keystone)

Désormais, les sondages en vue des élections se dérouleront directement en ligne.

(Keystone)

L’institut de recherche Sotomo de Zurich réalisera les sondages préélectoraux de la Société suisse de radio télédiffusion (SSR) au cours de la législature 2016-2019. Pour les sondages précédant les votations fédérales, la SSR garde sa confiance en l’institut gfs.bern, son partenaire de longue date. 

La SSR avait demandé à 18 instituts de recherche de soumissionner pour ce mandat. Finalement, le choix s’est porté sur Sotomo et GfS.bern, «les meilleurs candidats en termes de qualité, de prix et de respect des conditions média SSR dans les quatre régions linguistiques», explique la SSR dans un communiqué

Un mix de méthodes 

Concrètement, Sotomo réalisera des enquêtes d’opinions en ligne avant les élections. Pour ce genre de scrutin, les sondés n’ont pas besoin d’explications. Les enquêtes en ligne sont donc suffisantes et permettent d’atteindre un grand nombre de personnes. 

L’institut gfs.bern se chargera pour sa part des sondages réalisés par téléphone avant les votations. Ceux-ci conviennent mieux, car les personnes interrogées ne sont pas toujours très informées des sujets soumis au vote. Le sondage téléphonique permet donc mieux de s’assurer qu’elles comprennent les questions. L’institut reste également responsable des projections réalisées lors des différents scrutins. 

Confiance maintenue 

L’institut gfs.bern avait parfois été critiqué pour ne pas avoir prévu l’issue de votes sensibles, comme les initiatives «Contre l’immigration de masse» et «Contre la construction de nouveaux minarets», toutes deux acceptées par le peuple suisse, même s'il est bien clair qu'un sondage ne représente qu'un instantané de l'état de l'opinion à un moment donné et non un pronostic définitif. 

L’institut gfs.bern avait par ailleurs perdu le mandat de la Chancellerie fédérale pour l’analyse des votations fédérales. Celle-ci est désormais réalisée par la Fondation suisse pour la recherche en sciences sociales FORS. 

Dans son communiqué la SSR indique être «très satisfaite des prestations de gfs.bern».

×