Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des experts de la police scientifique sont intervenus sur le lieu de l'attaque, lundi à Londres.

KEYSTONE/EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA

(sda-ats)

Une attaque terroriste a frappé Londres dans la nuit de dimanche à lundi. Un homme a foncé sur des piétons avec sa camionnette à la sortie d'une mosquée. Dix personnes ont été blessées, et une autre est morte. Pour la police, il s'agit d'une "attaque terroriste".

"Toutes mes pensées vont vers les victimes, leurs proches et les services d'urgence sur place", a réagi la Première ministre Theresa May. Dans un message diffusé sur Twitter, le président français Emmanuel Macron a écrit: " Pensées pour Londres et les victimes après cette nouvelle épreuve".

L'attaque a été perpétrée près de la mosquée de Finsbury Park. "Toutes les victimes faisaient partie de la communauté musulmane", a indiqué un responsable de l'antiterrorisme, Neil Basu lors d'un point presse. Il a ajouté que la police devait encore établir si le décès d'un homme sur place était ou non lié à l'événement.

"L'attaque a eu lieu alors qu'un homme recevait des premiers soins par les gens sur place et malheureusement il est mort. Tout lien de causalité entre sa mort et l'attaque va faire partie de l'enquête", a ajouté M. Basu. Il a souligné qu'il est "trop tôt pour conclure que sa mort résultait de l'attaque".

Il a répété que l'événement est traité "comme une attaque terroriste". Huit blessés ont été transférés dans trois hôpitaux, a signalé la police de Londres. En outre, deux autres personnes ont pu être soignées sur place pour des blessures mineures.

Conducteur arrêté

Le conducteur de la camionnette, âgé de 48 ans, a été immobilisé par des personnes présentes sur le lieu de l'attaque, avant l'arrivée de la police, qui a ensuite procédé à son arrestation. Il a été emmené à l'hôpital, où sa santé mentale fera l'objet d'une évaluation.

"A ce stade de l'enquête, aucun autre suspect n'a été identifié", selon la police. Elle précise que "des renforts de police ont été déployés afin de rassurer les communautés", en particulier la communauté musulmane qui "observe le ramadan" en ce moment.

"Massages cardiaques"

"Horrible de voir des policiers faire des massages cardiaques à des gens allongés par terre en espérant désespérément les sauver", a écrit sur Twitter Cynthia Vanzella, témoin de la scène.

"Nous avons vu beaucoup de personnes crier et beaucoup de blessés", a déclaré David Robinson, 41 ans, un témoin arrivé sur les lieux après l'incident. La police a momentanément coupé la circulation autour des lieux et dressé un cordon de sécurité.

Fidèles musulmans visés

Plusieurs organisations musulmanes ont dénoncé un acte "islamophobe". Celui-ci a visé "intentionnellement" les fidèles qui sortaient de la mosquée après avoir prié vers minuit, dans le cadre du ramadan et de la rupture du jeûne.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, lui-même musulman, a dénoncé cette "attaque terroriste horrible". Celle-ci a visé "délibérément d'innocents Londoniens dont beaucoup qui finissaient de prier en ce mois saint de ramadan".

Lettres de menace

La mosquée de Finsbury Park était connue, au début des années 2000, pour être un haut lieu des militants islamistes de Londres qui venaient écouter les prêches enflammés d'Abou Hamza. Ce prêcheur égyptien, borgne et amputé des deux avant-bras, a été condamné à la prison à perpétuité en janvier 2015 aux Etats-Unis pour onze chefs d'inculpation liés à une prise d'otages et pour terrorisme.

La direction de la mosquée a depuis changé, mais des lettres de menaces avaient été reçues après les attentats à Paris en novembre 2015.

Tragédies récentes

L'attaque intervient dans un climat d'extrême fébrilité au Royaume-Uni. Le 3 juin, huit personnes ont été tuées et 50 blessées à la suite d'une attaque menée par trois islamistes à l'aide d'un véhicule-bélier et de couteaux sur des piétons sur le London Bridge, puis sur le marché couvert de Borough Market.

Le 22 mai, un attentat a fait 22 morts, dont des mineurs, à la sortie d'un concert de la chanteuse Ariana Grande à Manchester. Le 22 mars, un homme a foncé sur des piétons sur le Westminster Bridge et a poignardé à mort un policier avant d'être tué. Son attaque a fait cinq morts.

ATS