Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Wanja Kaufmann (19 ans), Suède


«Nous devons préserver nos sociétés démocratiques avec fermeté»


Par swissinfo.ch


Les gouvernements doivent collaborer avec la jeune génération qui utilise Internet et les réseaux sociaux pour jouer un rôle dans la démocratie, estime Wanja Kaufmann. Cette étudiante en langues de 19 ans est une des nouvelles voix de la Cinquième suisse, qui ont créé le Parlement des jeunes Suisses de l’étranger. Dans une série d’interviews, swissinfo.ch donne la parole à 11 membres du comité.

Wanja Kaufmann estime qu'il y a encore beaucoup de progrès à faire en matière de féminisme. (zvg)

Wanja Kaufmann estime qu'il y a encore beaucoup de progrès à faire en matière de féminisme.

(zvg)

swissinfo.ch: Quel est votre objectif en tant que membre du nouveau Parlement des jeunes Suisses de l’étranger? Que voulez-vous atteindre, en Suisse mais aussi dans votre pays de résidence? 

Wanja Kaufmann: Dans le monde entier, les jeunes ne sont souvent pas suffisamment conscients de leurs droits démocratiques. Ceux qui possèdent la nationalité suisse ont la chance de pouvoir en savoir davantage sur ce sujet grâce à l’Organisation des Suisses de l’étranger. Je veux aider les jeunes Suisses de l’étranger à entrer en contact les uns avec les autres et faire en sorte que chacun ait la possibilité de connaître la Suisse et son système politique.

Mon premier objectif est de démarrer un sous-groupe du Parlement des jeunes Suisses de l’étranger en Suède, où je vis. Par la suite, je souhaiterais étendre cette initiative pour inclure différents groupes régionaux, qui pourraient se réunir en forums de discussion pour apprendre ensemble sur leur pays d’origine. J’espère aussi qu’ils auront la possibilité de voyager en Suisse. J’ai hâte de commencer à travailler sur ce projet.

swissinfo.ch: Où en est-on en matière de démocratie directe dans votre pays de résidence? Y a-t-il des instruments qui vous plaisent particulièrement? Ou alors qui vous manquent? 

W. K. : La Suède est un pays très démocratique, mais il reste beaucoup à faire pour atteindre le même niveau que la Suisse en la matière. Bien sûr, nous avons des élections démocratiques, mais le référendum est un instrument très peu utilisé. Il y en a eu seulement cinq depuis le début du XXe siècle, je crois. Nous pouvons désormais lancer des initiatives populaires grâce un amendement constitutionnel, mais seulement au niveau local et régional. En pratique, la Suède est donc un pays de démocratie représentative, et non de démocratie directe. Mais j’espère qu’elle se dirigera à l’avenir davantage dans cette direction. 

Une des choses que j’apprécie vraiment en Suède est le grand rôle que jouent les organisations et les partis politiques. Je suis convaincue que cela contribue au climat démocratique dans la société. 

swissinfo.ch: Dans la plupart des pays, la participation aux élections et aux votations est plus faible chez les jeunes que dans les autres classes d’âge. La démocratie directe n’est-elle pas l’instrument idéal pour les jeunes pour faire passer leurs besoins et idées sur le plan politique? 

W. K. : Je pense qu’il s’agit d’un moyen parmi d’autres. De nos jours, beaucoup de jeunes ne ressentent pas le besoin de voter pour atteindre un objectif politique. Ils utilisent Internet comme plateforme pour partager et développer leurs idées et parviennent à attirer l’attention des politiciens et des médias sans recourir au vote ou aux initiatives populaires. Je ne pense pas que cela soit nécessairement une mauvaise chose. Les gouvernements du monde entier doivent simplement accepter et comprendre ces nouvelles manières de s’engager, et travailler avec.

Une plateforme pour les jeunes Suisses de l’étranger

Le Parlement des jeunes Suisses de l’étranger (PJSE) n’existe que depuis quelques mois. Le siège des travaux parlementaires est internet: les débats et les échanges entre les quelque 350 membres, disséminés sur tous les continents, se passent au travers des réseaux sociaux et de skype. 

swissinfo.ch a interviewé 11 jeunes Suisses de l’étranger qui sont membres du comité du PJSE, pour prendre en particulier la température sur la démocratie directe dans leurs pays respectifs de résidence et en Suisse. 

swissinfo.ch: L’Europe, en particulier depuis les attentats de Paris, est sous la menace du groupe terroriste Etat islamique. La lutte contre les extrémistes islamistes, qui implique une limitation des libertés individuelles, représente-t-elle un danger pour les démocraties? 

W. K. : Je ne pense pas que l’Etat islamique affecte les démocraties de manière directe. Le principal problème est la manière dont l’islam est perçu par la société. Maintenant que le terrorisme a atteint le monde occidental, j’ai l’impression que beaucoup de gens, mais aussi les gouvernements, ont développé une perception négative de l’islam. 

Nous devons réellement nous soucier de cette évolution. Si de nombreux membres de nos sociétés sont perçus comme des terroristes potentiels et n’arrivent par conséquent pas à profiter de leurs droits démocratiques de la même manière que les autres, nous avons un problème démocratique. Même si nos gouvernements se concentrent sur les bombardements des groupes terroristes, nous devons préserver nos sociétés démocratiques avec fermeté.


(Traduction de l'anglais: Sophie Gaitzsch), swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×