Navigation

Les chefs de groupe donnent leur mot d'ordre

Ce contenu a été publié le 09 décembre 2015 - 11:02

«Notre pays est confronté à de grands défis. Nous avons besoin de retrouver la concordance», affirme le chef de groupe de l'UDC, Adrian Amstutz, qui appelle les parlementaires à voter pour l'un des trois candidats officiels présentés par son parti et à redonner ainsi deux sièges au Conseil fédéral à la première force politique du pays. Les chefs de groupe des partis de droite et du centre reconnaissent le droit à l’UDC d’obtenir un deuxième siège au Conseil fédéral et annoncent vouloir élire l’un des trois candidats officiels présentés par la droite conservatrice.

Ce n’est pas le cas du Parti socialiste. «Nous estimons que le siège d’Eveline Widmer-Schlumpf revient au centre. Nous regrettons que le centre ne revendique pas ce siège», affirme Roger Nordman, chef du groupe socialiste au Parlement. Le Vaudois dénonce violemment la clause d’exclusion «totalitaire, scandaleuse et anti-démocratique» mise en place par l’UDC à l’attention de ses membres qui accepteraient une élection au Conseil fédéral sans figurer sur le ticket officiel du parti. Comme déjà annoncé, les Verts ne voteront pour aucun des trois candidats officiels présentés par l’UDC. 

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.